5 préparations naturelles que j’aurais aimé connaître pour débuter

1, Fév 2015 by

Il est commun lorsque l’on démarre son potager, et d’autant plus lorsqu’il est naturel ou bio, qu’une petite aide pour booster ses récoltes et défendre ses petites protégées soit la bienvenue. Afin de combler ces besoins on peut dans le premier cas fertiliser le potager avec son compost maison et dans le second cas jouer sur l’attraction des auxiliaires ou encore sur les bonnes associations de légumes.

Pas toujours évident lorsque l’on créé son premier potager !

En effet vous n’aurez probablement pas anticipé votre premier compost et vous n’aurez pas encore un potager très attractif pour les auxiliaires, ni les bonnes associations (il faut bien débuter) et même si c’était le cas, ces bonnes pratiques ne sont pas toujours suffisantes pour booster et protéger vos plantes.

Les préparations naturelles vont vous prêter main forte pour obtenir de belles récoltes et avoir des plantes saines. Nous allons voir dans cet article cinq préparations avec cinq plantes différentes. Les deux premières vont jouer sur la bonne croissance et la fructification de vos plantes : l’ortie et la consoude. Les deux suivantes seront utiles pour protéger vos cultures : l’absinthe et la prêle. Enfin une dernière plante, plus subtile, vous permettra de booster les défenses de vos plantes et accélérer la maturation du compost, il s’agit de l’achillée millefeuille.

Le purin d’ortie

Préparation du purin d’ortie

Préparation d’un purin d’ortie

Très certainement la préparation la plus connue des jardiniers, le célèbre purin d’ortie à un pouvoir fertilisant très puissant. Riche en azote, cette préparation va jouer sur la vigueur de vos plantes. En l’utilisant vous favoriserez le feuillage de vos plantes, ce qui est optimal au démarrage de vos cultures, ce purin est donc à utiliser principalement au printemps ou au début d’une culture.

Par contre, il sera judicieux de limiter son utilisation pour les plantes « fruits » comme les tomates. L’idéal est d’alterner et de remplacer au fur et à mesure par une préparation qui va favoriser la fructification (voir ci dessous purin de consoude).

Sa préparation est en plus simplissime : 1kg d’ortie pour 10L d’eau et environ 10 jours de macération. Je vous invite à consulter cet article pour voir les petites astuces de préparation, ces autres vertus au potager, et comment l’utiliser concrètement.

Personnellement, j’ai vraiment été surpris par la vigueur des plantes en l’utilisant. Et j’aurais bien aimé l’utiliser les premières années de jardinage, où mes plants de tomates étaient plus frêles, ils donnaient moins de fruits et étaient moins résistants aux maladies.

Le purin de consoude

Fleur de consoude

Consoude

Je le mentionnais ci-dessus, la consoude de Russie est parfaite à utiliser en alternance (ou en mélange) avec le purin d’ortie. Plus on va vers la fructification plus il est intéressant d’utiliser le purin de consoude. Riche en potasse et sans être dépourvu d’azote, de potassium et autres minéraux, cette plante va favoriser la formation des fruits tout en favorisant la croissance de vos plantes.

La préparation du purin est quasi identique au purin d’ortie : 1kg de plante (feuille, tige, fleurs) pour 10L d’eau. Cliquez ici pour en savoir plus sur le purin de consoude

Il est possible de la faire pousser au jardin, dans ce cas il est bon d’éviter de la cultiver sur vos planches de cultures car son système racinaire puissant la rendra difficile à retirer. Elle trouvera par exemple une bonne place près du tas de compost ce qui lui permettra de produire d’autant plus de biomasse. Le cultivar ‘Bocking 14’ stocke le plus de potasse.

Pas forcément connue par les jardiniers, la consoude est pourtant un très bon allier pour vos récoltes du potager.

L’infusion d’absinthe

Absinthe

Absinthe

L’infusion d’absinthe est la préparation que j’utilise le plus souvent contre les insectes que je n’arrive pas à réguler naturellement, même en favorisant au maximum les insectes auxiliaires. Je l’utilise par exemple contre la piéride du chou.

Les propriétés de cette infusion sont à la fois insectifuge (qui éloigne les insectes) et insecticide (qui tue les insectes), elle a donc toute sa place dans une action préventive.

La préparation consiste à infuser 100g de plante fraiche pour 1L d’eau que l’on diluera au cinquième avant pulvérisation.

Il est également possible de préparer un purin d’absinthe aux mêmes propriétés énoncés ci-dessus et également stimulantes sur les plantes.

Depuis que j’ai découvert cette plante, elle m’a toujours suivi dans mes potagers. En plus de ces propriétés insectifuges et insecticides c’est une plante qui va attirer de nombreux insectes dont des auxiliaires. J’ai pu observer plusieurs années consécutives qu’elle hébergeait de nombreuses larves de coccinelles (voir photo ci contre), elles se nourrissent des pucerons présents sur l’absinthe. D’après mes observations ces pucerons sont monophages, c’est à dire que je ne vois pas cette espèce se nourrir sur une autre plante du potager, vous avez donc peu d’inquiétude à avoir en cultivant de l’absinthe au potager, bien au contraire elle va renforcer la présence des auxiliaires !

La décoction de prêle.

Nous venons de voir comment lutter contre les insectes non désirés au potager avec l’infusion d’absinthe, comment maintenant prévenir les maladies cryptogamiques comme le mildiou ? La prêle est toute indiquée dans ce cas.

Le bémol est qu’il vaut mieux éviter de la cultiver au jardin car elle peut devenir rapidement envahissante. Cependant elle pousse naturellement dans les zones humides et vous pouvez sans problème la faire sécher, la stocker et l’utiliser en fonction de vos besoins.

Côté préparation, 100g de plante sèche pour 1L d’eau. Il s’agit d’une décoction, il faut donc laisser tremper la plante 24 heures avant de faire bouillir. La préparation est à diluer au cinquième avant utilisation.

La macération d’achillée millefeuille

Achillée millefeuille

Achillée millefeuille

D’une manière un peu plus alambiquée, ce sont les fleurs de l’achillée qui vont être utilisées pour cette préparation. Le résultat recherché sera aussi plus subtil, il s’agit de stimuler les défenses de vos plantes, on parle d’éliciteur. On va par exemple l’utiliser pour renforcer l’action de vos préparations anti-fongique (avec la décoction de prêle).

Pour la préparation, comptez 100 g de fleurs par litre d’eau. La macération dure 48 heures. A diluer au dixième et mélanger à la décoction de prêle avant de pulvériser. Elle peut être aussi utilisée seule, toujours au dixième, sur toutes les plantes du potager.

Une autre recette est de préparer une décoction (100 g de fleurs fraiches par litre) que vous pourrez utiliser en arrosage sur le compost afin de d’accélérer sa formation.

L’achillée millefeuille pourra trouver une place au potager, pourquoi pas à proximité des aromatiques, elle aurait la capacité d’améliorer leur qualité aromatiques et gustatives. De plus, lors de sa période de floraison, elle attire elle aussi de nombreux insectes auxiliaires au potager.


 

Ces cinq plantes peuvent trouver une bonne place dans votre jardin (évitez juste la prêle, malheureusement envahissante). Nous avons vu que ces préparations naturelles étaient assez simple à réaliser, il faut juste pour la consoude bien anticiper sa préparation (1 mois de fermentation), et elles sont en plus gratuites. A vous maintenant, si vous le souhaitez, de les tester et de juger par vous même leur action sur vos récoltes du potager.
Cet article participe à l’événement inter-blogs « Les 5 choses que j’aurais aimé que l’on me dise avant de commencer mon potager » organisé par le blog PotagerDurable.

Pour découvrir ce qu’ont écrit les autres blogueurs, cliquez sur ce lien :

Voir la liste des articles participants.

A propos de l'auteur :

Pour mes voisins jardiniers je suis un drôle de bio qui ne quitte jamais son appareil photo et son trépied : "Il ferait mieux de désherber son jardin plutôt que de prendre ses coccinelles en photo..." Je suis donc un fervent jardinier du potager naturel ou bio, depuis 2012 je partage cette passion avec vous via Tous au Potager.

Cliquez ici pour découvrir ma formation

4 Comments

  1. chriskoko

    Je vais vous dire ce que j’en pense dés que j’aurai lu mais je suis très fortement interessé, à plus… Chriskoko.

  2. Lompian

    Bonjour,

    Dans l’ouvrage « Purin d’ortie & compagnie » la Pulmonaire  » n’est pas mentionnée pour l’utilisation au jardin potager en extrait ou paillages…
    Pouvez-vous me dire si cette plante peut être utile au jardinier car j’habite au sud de Toulouse et elle est très présente donc facile à se procurer.
    En vous remerciant pour votre réponse.

    Cordialement

  3. Bon pas facile de tout avoir sous la main, mais merci pour ces précieux conseils…Il ne reste plus qu’ à les trouver, surtout pour le début de la saison avec des semis qu’on ne trouve pas aussi facilement.

  4. Plus qu’à partir explorer la campagne pour trouver toutes ces plantes!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Conseils pour être plus autonome au potager bio - […] Pourquoi se procurer des produits de traitements (même bio) lorsqu’il est possible de prélever dans votre potager des plantes…
  2. Les articles des autres blogueurs sur le thème "Les 5 choses que j'aurais aimé que l'on me dise quand j'ai commencé mon potager" • PotagerDurable.com - […] Les 5 préparations naturelles que j’aurais aimé connaître lorsque j’ai démarré mon potager […]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Optionally add an image (JPEG only)

Plugin for Social Media by Acurax Wordpress Design Studio

Pin It on Pinterest

Share This