Le céleri (Apium graveolens) qu’il soit rave, à côtes (branches) ou à couper fait parti de la même espèce botanique et de l’ex famille des ombellifères, aujourd’hui mieux connue sous le nom des Apiacées (Apiaceae), comme la carotte, le fenouil, le persil, et bien d’autres espèces… Le céleri est un légume originaire des marais, c’est donc une plante qui aime l’eau. Dans votre assiette vous pouvez consommer les branches et les boules crues ou cuites et vous bénéficierez des bienfaits de ce légume pour votre santé. D’ailleurs, au Moyen-Age le céleri était présent dans les jardins des simples pour ces vertus thérapeutiques.

Effets du céleri sur la santé

Le céleri est un légume riche en fibres, en vitamines B6 et C, ce qui lui confère des propriétés « anti kilos », parfait à combiner avec la reprise du potager !

Il à également des propriétés contre l’hypertension avec la présence d’une molécule (3-n-butyl phtalide) qui dilate les vaisseaux sanguins et détend les muscles des artères.

Le céleri renferme également de nombreux anti-oxydants dont certains ont des propriétés anti-cancer comme l’apigénine.

Seul bémol le céleri est riche en sodium (sel), ce qui peut favoriser l’hypertension lorsqu’il est en excès dans l’organisme. La nature est bien faite, on croirait que le céleri compense sa forte teneur en sodium avec la présence du phtalide, l’un favorisant l’hypertension, l’autre la contrant !

Cultiver le céleri au potager potager

Comment semer le céleri

Il est recommandé de semer le céleri en pépinière ou à chaud à l’intérieur. C’est une plante qui craint le froid, il est préférable de le semer sur couche chaude ou en serre à partir du mois de mars afin de consommer les premières boules dès la fin de l’été. Il est possible également de semer lors de la première quinzaine de mai pour des récoltes plus tardives. Le semis est assez délicat, il faut le couvrir de très peu de terreau tamisé puis garder une humidité constante en surface,  la germination des graines peut mettre jusqu’à trois semaines.
Pour les semis précoces il est possible de repiquer les jeunes plantules en godets avant la mise en place finale, dans ce cas faites le lorsque vos plantules ont 2 à 3 feuilles.

Plantation

Le céleri demande des températures douces avant sa mise en place finale, dans la plupart des régions il faut attendre le début du mois de mai. Il est donc possible de cultiver un engrais vert de printemps avant de le mettre en place (phacélie, moutarde, vesce de printemps), ce qui lui sera tout à fait bénéfique car en plus d’aimer l’eau le céleri aime une terre riche et humifère. Distancez vos céleris de 30cm sur la ligne et 35 à 50cm entre les rangs. La plantation peut être réalisée jusqu’à fin juin.

Entretien

Après plantation disposez un mulch au pied de vos céleris, il aidera à maintenir une bonne humidité qui, nous l’avons vu, est très importante pour le céleri.

Récolte et conservation

La récolte débute à la fin de l’été et se poursuit jusqu’en octobre, novembre. Au delà deux possibilité, pour les raves vous pouvez soit les couvrir d’un paillage assez épais ou soit les déterrer, les laver, couper les feuilles et radicelles puis les rentrer en cave.

Associations de culture

Le céleri repousse la teigne du poireau. Il protège les choux de leurs ravageurs (piéride, mouche) et ces derniers protègent le céleri de la rouille, de la septoriose et de la mouche du céleri.

D’un point de vue allélopathique, il est bon d’associer le céleri avec le poireau, les choux, le fenouil, la tomate, le haricot nain, l’oignon, les côtes de blettes et les betteraves. Par contre il faut éviter de planter le céleri à proximité du persil, du maïs et de la laitue.

De mon côté j’ai pu observer un effet allélopathique négatif entre le céleri et la courgette. Il semble avoir un effet sur la croissance du céleri, la courgette n’est quant à elle pas affectée. Par contre j’ai en effet pu observer qu’à côté des poireaux et des fenouils le céleri rave formait en effet de plus grosses racines.

Variétés

Quelques variétés présentes dans le catalogue de Kokopelli :
cultivar dulce (céleri à côtes (ou branche)) : ‘A Côtes Rouges’, ‘A Côtes Blanches’, ‘Tall Utah’, ‘Persel’
cultivar rapaceum (céleri-rave) : ‘Diamond’, ‘Géant de Pragues’
cultivar secalinum (céleri à couper) : ‘A Couper’, ‘Afina’

Production de semences

Le cycle normal du céleri dans nos régions est bisannuel, bien que nous le cultivons comme une plante annuelle. Pour produire vos semences, vous devrez déterrez vos céleris à l’automne pour les mettre en silos et les replanter au printemps à partir du mois de mars. Le céleri formera alors des branches vigoureuses puis des ombelles primaires, secondaires et tertiaires. Il est préférable de conserver les semences issues des ombelles primaires pour garder les meilleures graines. La récolte se fait à partir du mois d’août jusqu’à mi septembre lorsque les ombelles sont desséchées. La durée germinative est de 8 ans.

J’espère que cet article vous a plu, comme d’habitude n’hésitez pas à laisser un petit commentaire ci-dessous. Et vous, avez-vous des astuces pour la culture du céleri ?