Cela fait trois ans maintenant que j’ai publié cet article sur le bicarbonate de sodium pour son action préventive contre le mildiou de la tomate. Je vous avais proposé une astuce de laborantin pour gagner du temps avec l’élaboration d’une solution mère, vous n’aviez plus qu’à la diluer pour l’utiliser au jardin. Aujourd’hui j’aimerai revoir un élément de cette solution (le mouillant), mais avant tout je tiens à partager avec vous les résultats d’une expérience que j’ai faite en septembre dernier sur mes plants de tomates. J’ai observé et mesuré l’effet curatif du bicarbonate sur le mildiou. Et au vu des résultats, j’appelle des volontaires à participer à une expérience un peu plus grande ! Je parlerai aussi de quelques retours de personnes, ce qui peut vous permettre d’éviter certaines erreurs.

Le bicarbonate de sodium en curatif contre le mildiou

Dans les commentaires reçus suite au premier article sur le bicarbonate, trois d’entre eux m’ont particulièrement interrogé.

Jean Louis :

J’ai testé le bicarbonate (5g/l) avec de l’huile d’olive bio comme mouillant pour la 1ère fois cette année. J’ai eu une petite attaque sur un pied et après 3 semaines de traitement à raison d’un traitement par semaine, l’attaque a complètement disparue. J’enlève également les feuilles qui ont été attaquées. En fait j’utilise ce traitement uniquement si j’ai des signes de maladie et que sur les pieds attaqués jusqu’à disparition des attaques. Depuis j’ai eu d’autres pieds attaqués (surtout avec le retour de la pluie). Tout se passe bien pour ces 1ers essais.

Et Jacques :

C’est certain que ce traitement est valable.
Une année j’ai eu tout mes plants attaque tout noir ses branches aux feuilles j’ai traité avec le bicarbonate et de l’huile comme liant et mes plans sont repartis de nouveau ce fut la renaissance

Ou encore M interassistance (minute pub ;-) )

Pour ceux qui hésiteraient à l’essayer, je peux vous confirmer que le bicarbonate de soude est très efficace. Il m’a permis d’éradiquer le mildiou de mon potager et d’avoir de jolies tomates.

Tous ces commentaires m’ont donné envie de remettre ma casquette de phytopathologiste et d’expérimentateur afin de faire une expérience.

Expérience sur l’effet curatif du bicarbonate de sodium sur le mildiou de la tomate

En septembre 2015 j’ai laissé venir le mildiou sur quelques uns de mes plants. Après apparition des nécroses sur les tiges, je les ai volontairement laissées se développer.

Une fois qu’elles mesuraient quelques centimètres (4 à 6) j’ai sélectionné trois taches nécrotiques sur trois plants différents mais d’une même variété (je n’en avais pas plus). Un plant n’a pas été traité, les deux autres ont reçu un traitement au bicarbonate de sodium à 5 g/L.

Puis j’ai pris les mesures de la longueur des taches nécrotiques, le jour du traitement, 4 jours plus tard et 8 jours après le traitement. Je n’ai pas fais de second traitement.

Voici un graphique issu de mes résultats.

progression-necroses-mildiou-tomate

Que dit ce graphique ?

On peut observer que la progression de la nécrose témoin (sans traitement) est plus rapide que les nécroses qui ont reçu le traitement au bicarbonate de soude. En d’autres termes la progression des taches nécrotiques dues au mildiou est bel et bien ralentie avec le traitement au bicarbonate de soude.

On peut même espérer mieux car sur la nécrose 1 on observe un arrêt total de progression du mildiou (6.5 cm à j+4 et à j+8). En fait elle a du se stopper avant mais je n’ai pris la seconde mesure qu’à j+4.

Par contre la nécrose 2 continue bien à se développer, mais tout de même bien plus lentement que la nécrose témoin. Un second traitement aurait-il pu contribué à ralentir sa progression ? Le champignon était-il rentré trop profondément dans les tissus pour que le traitement ait une réelle efficacité ?

Autres observations et suite du test

Sur les taches nécrotiques qui ont étés traitées j’ai pu observer un dessèchement. Leur aspect devient plus clair, grisâtre, tandis que la tache nécrotique témoin reste marron foncée (bien caractéristique du mildiou).

J’aurais bien continué l’expérience, mais en septembre dernier à Angers, on a eu des précipitations sur plus d’une semaine. Le mildiou est reparti à d’autres endroits et les plants n’ont pas résisté.

Quoiqu’il en soit je pense que par rapport à la bouillie bordelaise le traitement au bicarbonate de sodium est à effectuer plus régulièrement afin de bénéficier d’une efficacité au moins équivalente. Pour rappel le traitement à la bouillie bordelaise est à faire tous les 10 jours par temps humide et tous les 15 jours en préventif par beau temps. Jean Louis (dans le commentaire ci dessus) a fait une pulvérisation une fois par semaine pendant trois semaines pour éradiquer le mildiou, je pense que c’est une bonne fréquence !

Je suis aussi entièrement convaincu que le choix et la quantité du mouillant à son importance dans la réussite de ce traitement. En effet si le bicarbonate est lessivé il n’aura presque pas d’efficacité. Il faut aussi le temps que la préparation ait le temps de sécher sur le plant, donc ne pas le faire quand il pleut.

Que conclure de cette expérience ?

Le bicarbonate de sodium à très probablement une action curative sur le mildiou.

Ce sont des résultats encourageants mais il faudrait faire plus de tests afin de déterminer si on observe le même phénomène à différents endroits avec une même façon de procéder.

A ce propos, voulez-vous participer à un test cette année 2016 ?

Si vous êtes interessé(e) pour participer à une expérience similaire à ce que j’ai fais en 2015 vous pouvez vous inscrire à la liste mail spécialement créée pour l’occasion. Vous pouvez aussi laisser un commentaire ci-dessous, en plus. A l’issu de l’analyse des résultats je supprimerai cette liste.

Pour ce test il faut de préférence que vous cultiviez vos tomates sans abri et que vous vouliez bien traiter quelques pieds uniquement au bicarbonate de sodium ainsi que d’autres sans aucun traitement. Si vous êtes au moins dix à vous manifester je ferais le nécessaire pour mettre en place et vous envoyer les conditions du test dans mes meilleurs délais.

Inscriptions fermées.

Problèmes rencontrés avec l’utilisation du bicarbonate de sodium

Brûlures sur feuillage

Une lectrice du blog, au pseudo de « Jardinière », m’a fait part d’un problème de brûlures sur feuilles :

Mon père a pulvérisé ce matin le mélange bicarbonate + savon noir sur les feuilles de tomates et courgettes, et ce soir les feuilles sont brûlées. Il n’y a pas eu d’erreur dans le dosage mais peut-être trop de pulvérisation ? ou à cause de la chaleur et soleil de la journée ? Que conseillez-vous pour rattraper le coup ? Laver les feuilles à l’eau en soirée ? autre solution ?

Selon moi les facteurs de brûlures sont multiples :
Un grand soleil n’est jamais très bon suite à une pulvérisation foliaire (quelque soit le traitement). Si la plante est trop tendre ça rajoute un risque. De même si la plante est en manque d’eau le risque de brûlure est encore plus important. Il est préférable de traiter plutôt le soir ou par temps couvert.

Heureusement les plantes de notre lectrice ont vite récupérées

Dès le lendemain matin, les feuilles étaient à nouveau normales ! Ouf ! Et en effet, il a passé le traitement le matin et il a fait chaud et soleil toute la journée, sachant que les tomates sont sous un toit qui fait office de serre.

Le bicarbonate de sodium est-il vraiment efficace ?

Roland L. est plus catégorique sur l’efficacité du bicarbonate.

Bonjour, cette année j’ai décidé d’abandonner la bouillie bordelaise et de passer au bicarbonate de soude à 5gr/l et mal m’en a pris. Aujourd’hui 11 août je peux arracher tous les pieds de tomates et c’est la 1ère fois que cela arrive en 40 ans de jardinage. J’aurai donné 1 fois avec cette technique qui n’est absolument pas démontrée scientifiquement

Je ne sais pas comment Roland a utilisé le bicarbonate, mais, comme nous l’avons vu, la fréquence de traitement doit être plus rapprochée qu’avec la bouillie bordelaise. Le mouillant a également son importance et c’est ce que nous allons voir maintenant.

Cela dit en passant, 40 années de bouillie bordelaise n’a pas du vraiment améliorer la situation.

Retour sur la préparation de la solution mère

Je conseillais dans le premier article d’ajouter facultativement le mouillant lors de la préparation de la solution mère.

Je retire maintenant ce conseil et je recommande d’ajouter le mouillant lors de la préparation de la solution à pulvériser.

En effet la quantité du mouillant est trop faible lorsqu’il est dilué pour permettre au bicarbonate de bien adhérer aux plants.

Quels mouillants et quelles quantités ?

Je recommande au choix un de ces trois mouillants, il y en a d’autres, n’hésitez pas à dire lequel vous utilisez dans les commentaires ci dessous.

  • Le savon noir liquide (exemple Marius Fabre)
  • Le liquide vaisselle
  • L’argile verte

Le Savon noir liquide est à utiliser à raison de 10 mL pour 1 L de solution (soit deux cuillères à café ou 2/3 d’une cuillère à soupe)

Le liquide vaisselle est à utiliser à raison de 10 mL pour 1 L de solution (soit deux cuillères à café ou 2/3 d’une cuillère à soupe)

L’argile verte est à utiliser à raison d’une cuillère à café pour 1L de solution. Il faudra prendre soin de bien mélanger.

En conclusion

Je vous propose une nouvelle version du fichier à télécharger pour la préparation de la solution mère. Cliquez sur le lien ci dessous :

Aller à la page des téléchargements

J’espère que cet article vous a plu, en tout cas j’ai adoré le rédiger. Si vous voulez contribuer aux futurs tests surtout n’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous. Si les résultats sont probants on ne parlera plus du tout au conditionnel dans l’efficacité du bicarbonate de sodium pour lutter contre le mildiou de la tomate ! Alors n’hésitez pas à y contribuer ! N’hésitez pas non plus à partager cet article sur les réseaux sociaux ! Merci !