La culture du rutabaga au potager biologique

27, mar 2013 par
5 commentaires

La culture du rutabaga au potager biologique

Le rutabaga, également appelé chou rutabaga ou chou-navet est un légume ancien qui mériterait amplement de retrouver sa place dans nos assiettes et au potager. Sa consommation à déclinée après la seconde guerre mondiale où il était substitué aux pommes de terre (tout comme le topinambour). Et pourtant c’est un légume au goût très agréable, sucré, et bon pour la santé. Sa culture au potager reste relativement simple, il suffit de prendre quelques précautions car les maladies et ravageurs de la famille des choux sont courantes.

Coté santé

Le rutabaga à tout pour plaire :

  • Propriétés anticancer : riche en glucosinolate qui transformé grâce aux bactéries intestinales en isothiocianate fait partie des molécules qui permettent de limiter le développement des cancers (NB : cuit cette molécule est détruite)
  • Propriétés diurétiques : Sa richesse en fibres et en potassium font du rutabaga un bon stimulant de sécrétion urinaire
  • Peu calorique (36 kCal/100g)
  • Riche en vitamines B1, B9 et C
  • Riche en minéraux (Phosphore, magnésium, potassium, manganèse, fer, cuivre)
  • Riche en antioxydants (prévention des cancers et des maladies cardiovasculaires)

Du côté du potager

Le chou rutabaga (Brassica napus var napobrassica) fait partie de la famille des Brassicacées (ex crucifère). Même famille que les choux et le navet et de même espèce que le colza et le chou frisé sibérien. Le rutabaga ressemble à un navet en plus gros et à la chair jaune. Au potager le rutabaga est cultivé en tant que plante annuelle. La production de semences ce fait quant à elle sur deux ans.

Emplacement

Il est particulièrement important de respecter une rotation des cultures dans la famille des Brassicacées.  Quatre années sont nécessaire avant de replanter un légume de cette famille au même endroit. Évitez de semez avant ou après le rutabaga des radis, brocolis, choux, moutardes, navets, cresson de fontaine, roquettes et raiforts.

Le sol doit être frais, aéré, enrichi préalablement d’un compost bien mûr.

Semis

Le semis peut s’effectuer dès le mois de février en pépinière. Cependant on réalise surtout un semis en pleine terre de juin à août et que l’on éclaircira par la suite. Il est possible de le semer plus tard car il peut résister à moins 10°C, vous aurez dans ce cas des boules plus petites.

Respectez 40 cm entre deux lignes de semis. A l’éclaircissage laissez également 40 cm entre deux rutabagas.

Le semis se fait à 1 cm de profondeur.

Entretien

Comme le semis se fait en été soyez très vigilant les premières semaines, arrosez souvent et peu pour ne pas détremper les jeunes plantules.

Dégagez à partir du mois d’août la terre autour des racines les plus hautes du plant (sans le déterrer !). Cette manipulation limitera l’attaque de la larve de la mouche du chou.

Récolte et conservation

La récolte se fait à partir du mois d’octobre jusqu’en décembre. Le rutabaga étant rustique, si vous avez un hiver doux vous pouvez les conserver en pleine terre, protégez les tout de même en buttant les racines et en ajoutant un paillage. Sinon vous pouvez les conserver en cave dans du sable.

Plantes compagnes

A éviter de planter avec toutes les Brassicacées. Éviter aussi à côté des pommes de terre.

Mes petites expérimentations m’ont montré que l’association avec le haricot était plutôt bénéfique en faveur du rutabaga. Ma petite astuce est de cultiver dans un premier temps des haricots. Lorsque les haricots commencent à fructifier je sème à proximité les rutabagas. Les nodosités du haricot se décomposent lorsque le rutabaga est en pleine croissance ! Ainsi les rutabagas profitent pleinement de l’azote libéré par les nodosités lors de la formation des boules.

Par contre il vaut mieux éviter de semer les rutabagas à proximité des courges, j’ai pu observer un effet néfaste sur la croissance des rutabagas.

Bio-dynamie

Le rutabaga est considéré comme une plante racine; les travaux du sol, les semis et l’entretien se feront donc en jour racine de préférence.

Ravageurs & Maladies

  • La mouche du chou. Couvrir le sol avec des plantes qui ont une forte odeur. Arroser par temps sec. Voir également le paragraphe sur l’entretien du rutabaga. En lutte directe, une solution de savon noir fera l’affaire.
  • L’altise. En prévention, maintenir un sol humide avec mulch de végétaux. Associer avec salades et épinard. En lutte une infusion d’absinthe ou de tanaisie sera efficace.
  • Hernie du chou. Se manifeste par des tumeurs. Bien préparer le sol avant le semis, l’aérer à la grelinette. Utiliser des purins de plantes pour la croissance des jeunes plantules. Éliminer les plantes atteintes.

Variétés

Pour finir voici un tableau récapitulatif des variétés de rutabaga chez mes fournisseurs favoris.

Variétés Kokopelli Ferme de Sainte Marthe Germinance
Balmoral X
Krasnoslskaja X
Champion jaune X
Laurentian X
Marian X
Nobleboro Waltz X
Ounakollane X
Wilhelmsburger X X

Avez-vous apprécié cet article ?

Je suis très attentif à ce que mes articles répondent à vos questions sur la culture des légumes. N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire à l’aide du formulaire en bas de la page pour m’aider à améliorer le blog ou à partager vos expériences bien évidemment. Si vous avez apprécié cet article je vous serais très reconnaissant si vous likez ou partagez la page sur facebook ou twitter à l’aide du petit encadré à gauche de l’article. Pour aller plus loin vous trouverez également sur le blog une liste de liens vers des articles de différents légumes. A bientôt, Aurélien.

Votre publicité ici ?

5 Commentaires

  1. Yannick

    Bonjour Aurélien,

    Tu as bien raison le rutabaga méritent sa place au potager et un retour dans nos assiettes, d’ailleurs j’avoue ne pas avoir pensé à en mettre cette année, je vais voir si je peux lui faire une petite place :)

    Merci à toi et à très bientôt
    Yannick Hirel
    Yannick Articles récents..E-book à partager sur la gestion de l’eau au potagerMy Profile

  2. Marine

    Bonsoir,
    C’est vrai que c’est un légume dont on entend peu parler et pourtant il mériterait bien sa place dans le haut du classement des légumes. Enfin du moins à mon avis, il y a tout un tas de recettes qui mettent tellement bien le rutabaga en avant, enfin c’est dommage pour ceux qui s’en prive !

    Marine
    Marine Articles récents..Prêt d’accession socialeMy Profile

  3. Bonsoir Aurélien,

    Voilà bien l’un des très rares légumes que je n’ai jamais cultivé…et peut-être même jamais goûté !
    Mais ton article très complet me donne envie?…Il faudra que j’essaye ça.

    A très bientôt,
    Gilles

    PS : merci pour le lien vers mon article sur la tanaisie !
    Gilles Articles récents..Nuisibles : comment s’en protéger naturellement ?My Profile

  4. C’est vrai que c’est un légume dont on entend peu parler et pourtant il mériterait bien sa place dans le haut du classement des légumes.Je n’ai pas assez de recul sur ce légume quant aux associations, vous pouvez toutefois essayer de l’associer aux carottes, panais, haricots, oignons, salades, épinard.

    • Aurelien

      Bonjour Juci,
      Merci pour votre commentaire. Cette année mes rutabagas sont entourés des deux côtés de haricots. A une extrémité il y a une courge qui visiblement à un fort effet allélopathique sur la croissance des rutabagas. Affaire a suivre.

      Bonne journée
      Aurélien

Trackbacks/Pingbacks

  1. Travaux et calendrier des travaux – Avril 2014 - […] Choux, Fleurs, Laitue, Persil, Poireau, Rutabaga […]

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge