Récolter ses graines de tomates n’est pas l’apanage du semencier. Ce geste simple devrait être pratiqué par tous les jardiniers amateurs. Encore faut-il le bien faire ! Avec un peu de pratique le ‘comment’ n’est pas le plus compliqué, mais tout ce qui se situe en amont de la récolte a de l’importance, et c’est ce que nous allons voir dans cet article.

Pourquoi récolter ses graines de tomates ?

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je tiens à rappeler quelques généralités sur ce légume-fruit le plus cultivé par les jardiniers. Sous nos régions tempérées, la tomate est fortement autogame, elle privilégie ainsi l’auto-fécondation. De ce fait, il est théoriquement possible de récolter ses graines pour les ressemer les années suivantes sans risque de croisements entre variétés. Afin de s’en assurer complètement on prend garde de séparer deux variétés d’environ deux mètres. Après la nouaison on s’assure que le stigmate est bien protégé par le tube staminique. Elle est également entomophile, mais les insectes permettent simplement de faire vibrer les fleurs afin que le pollen féconde le pistil. Les bourdons sont excellents pour réaliser à bien cette tâche. Pour allez plus loin sur ce sujet, je vous recommande cette introduction générale à la production de semences.

Assurez-vous que le stigmate est toujours protégé par le tube staminique. Source de la photo : http://www.tomatofifou.fr/fleurs-de-tomates/category/3-recherche-alphabetique

Quels avantages à faire ses graines ?

Les variétés s’adaptent au fil des années et des décennies à un terroir. Récolter vos graines et les resemer au fil des années vous fait participer à l’adaptation et à la résistance des maladies.

Un autre avantage est d’ordre économique, le prix des graines de tomates est globalement très onéreux. Faire vos propres graines peut ainsi vous faire économiser quelques euros, surtout lorsque vous cultivez de nombreuses variétés. La diversité variétale est très importante chez la tomate.

Quels inconvénients et quels risques ?

Comme nous venons de l’évoquer il y a toujours un risque de croisement entre les variétés de tomates. Certaines variétés ont un stigmate proéminent qui favorise l’hybridation. En pratique pour être sur à 99% de favoriser l’autofécondation il faudrait distancer davantage ces variétés ou les isoler par des voiles.

Un autre type de risque est sanitaire, difficilement observable tant que vous n’aurez pas ressemé vos graines. Au moment du repiquage de vos tomates sélectionnez les jeunes plantules étant visiblement saines, jetez les autres. Évitez aussi de prélever les graines des tomates ayant visiblement une maladie.

Il y a également le risque que vos graines germent lorsqu’elles sont dans votre récipient d’eau. Vérifiez que la radicule (première racine) ne sorte pas de la graine. Si cela se produit, vous pouvez jeter et recommencer l’opération avec d’autres tomates. Plus il fera chaud et plus ce risque sera important. Plus vous attendrez pour rincer et plus ce risque sera important également.

Quelles variétés conserver ?

Toutes les variétés que vous voulez tant que ce ne sont pas des hybrides F1. Les graines des fruits des hybrides F1 vous donneront des plants qui ne donneront pas les mêmes caractères physiologiques et morphologiques de la plante mère. J’ai écris un article plus détaillé sur le sujet : Faire la différence entre variétés populations et hybrides F1

Sélection et récolte des graines de tomates en pratique

Sélection des variétés en cours de culture

Un travail de sélection est primordial en cours de culture. Ceci commence dès le semis des portes-graines, écartez dès ce stade les plants trop chétifs. Une fois les plants installés au jardin, écartez une nouvelle fois les plants les moins vigoureux. Vérifiez aussi que les plants aient bien les caractéristiques de la variété, comme le type de feuillage. Si un épisode de mildiou avait déjà eu lieu, repérez les plants les plus résistants. Enfin, lorsque les tomates murissent, repérez les plants les plus précoces, les plus productifs et dont le goût des fruits est très satisfaisant. Ces tomates sont alors retenues pour la récolte de semences

Comment récolter les graines de tomates en pratique ?

Voici comment récolter vos graines de tomates :

  1. Coupez les tomates en deux et récupérez la pulpe avec les graines.
  2. Placez ce mélange dans un récipient et complétez avec de l’eau (de pluie de préférence).
  3. Gardez ce mélange de 24 à 72 heures jusqu’à ce qu’une moisissure se forme à la surface. Cette moisissure est très importante car elle va digérer la substance visqueuse qui entoure les graines.
  4. Il est intéressant de brasser de temps en temps le récipient pour aider les graines à bien se séparer de la pulpe.
  5. Les graines vont tomber dans le fond du récipient, les déchets vont rester à la surface. Supprimez les déchets de la surface puis rajouter de l’eau claire pour obtenir des graines propres.
  6. Récupérez vos graines à l’aide d’une passoire fine.
  7. Étalez vos graines sur une surface plane (assiette) et gardez les dans un endroit bien aéré et sec durant quelques jours.

Extraction des graines et de la pulpe


Mélanger de temps en temps le mélange en cours de fermentation.


Laisser de 24 à 72 heures en fermentation, jusqu’à l’apparition d’une moisissure à la surface du mélange.


Séparer les déchets en surface des graines au fond du récipient


Répéter plusieurs fois l’opération jusqu’à ce que les graines soient bien propres


Étaler les graines sur une surface plane et bien les séparer. Ensuite les laisser sécher plusieurs jours avant de les ensacher.

Comment conserver vos graines ?

Lorsque vos graines sont bien sèches conservez-les soit dans une enveloppe, soit dans un sachet hermétique.
N’oubliez pas de noter le nom de la variété et l’année de récolte sur vos sachets. Afin de conserver vos graines de nombreuses années il vous faut de manière optimale une température fraiche, une humidité relative basse et de l’obscurité. Bien entendu il est assez difficile de regrouper toutes ces conditions. Évitez surtout de conserver vos graines à une température élevée et dans un endroit humide.

Pour conclure sur les graines de tomates

Produire ses propres graines de tomates est très simple, économique et vous fait participer à l’adaptabilité de vos variétés à votre terroir.  J’espère que cet article vous aura plu et n’hésitez pas à laisser un petit commentaire pour partager vos expériences à ce sujet !