Comment attirer les coccinelles au potager ?

26, Juil 2012 by

Comment attirer les coccinelles au potager ?

Cette année au potager, de nombreuses coccinelles ont élus domicile sur mes deux plants d’absinthes. Ces derniers montent en fleur et leur vigueur attire fortement les pucerons. Fort heureusement la nature est bien faite et les coccinelles, prédatrices expertes des pucerons, sont attirées par ce garde manger privilégié. De quoi leur fournir gîte et couvert durant plusieurs semaines. C’est aussi à mon plus grand plaisir car j’ai eu la chance d’observer différentes races de coccinelles :

La plus fréquente est la coccinelle à sept points (Coccinella septempunctata) que vous pouvez observer sur la photo ci-dessous. Cette coccinelle peut manger une centaine de pucerons par jour, d’ailleurs sur la photo vous pouvez observer que la coccinelle ne nous a pas attendue pour passer à table !

Une coccinelle à sept points mange un puceron sur un plant d’absinthe

En fouillant bien dans le plant d’absinthe j’ai trouvé ce que je recherchais avec détermination. Sur la photo ci-dessous vous pouvez observer une larve de coccinelle (probablement Harmonia axyridis). Impressionnant n’est-ce pas ? Leurs larves aussi mangent des pucerons, entre 80 et 100 par jour !

Larve de coccinelle

En continuant mes recherches je suis tombé sur une très jolie race de coccinelle : Propylea quatuordecimpunctata, traduisez à quatorze points. Elle est plus couramment appelée coccinelle à damier.

Une coccinelle à 14 points : Propylea quatuordecimpunctata

Et enfin j’ai trouvé cette étonnante coccinelle presque toute noire, c’est un type de coccinelle asiatique, Harmonia axyridis. Cette espèce de coccinelle est utilisée en lutte biologique. Elle est très efficace contre les pucerons mais n’est pas si bienvenue car elle tendrait à remplacer les espèces indigènes de coccinelles. Sa larve aurait même, à l’occasion, une tendance à pratiquer le cannibalisme.

Une forme de coccinelle asiatique (Harmonia axyridis)

En cas d’attaque de pucerons ou de cochenilles sur vos cultures c’est cette coccinelle que vous trouverez en jardinerie. Cependant je vous conseille de ne pas en acheter car elles sont devenues invasives ! Laissez plutôt les coccinelles venir naturellement sur vos cultures. En ne traitant pas, en favorisant les fleurs et des plantes comme l’absinthe, elles viendront en grand nombre dans votre potager.

Si vous désirez identifier les coccinelles de votre jardin ou de la nature, je vous renvoie vers ce site remarquable, jeunes et nature, qui propose sous format pdf une clé de détermination des coccinelles.

A propos de l'auteur :

Pour mes voisins jardiniers je suis un drôle de bio qui ne quitte jamais son appareil photo et son trépied : "Il ferait mieux de désherber son jardin plutôt que de prendre ses coccinelles en photo..." Je suis donc un fervent jardinier du potager naturel ou bio, depuis 2012 je partage cette passion avec vous via Tous au Potager.

Cliquez ici pour découvrir ma formation

21 Comments

  1. Bonjour Aurélien,

    Sympa ton article sur ces petites coccinelles :-) Avec de belle photo pour illustrer tout ça !!

    Pour les favoriser au jardin je laisse depuis peu une petite rangée d’adventices au sein même de mon potager ce qui permet d’attirer tout ces précieux auxiliaires. et déjà j’ai pu remarquer quelques coccinelles mais pour le nombre de point : j’ai pas compter :-)

    Bonne journée et à bientôt
    Yannick

    • Aurelien

      Bonjour Yannick,

      Merci pour ton commentaire !

      Et oui j’ai passé un peu de temps à scruter mes plants d’absinthes avec mon appareil photo à la main. Il faudrait tout de même que j’investisse dans un meilleur appareil car elles ne sont pas très nettes. En plus j’avais une coccinelle à deux points que je n’ai jamais réussi à prendre en net!

      Bonne journée,
      Aurélien

  2. Bonjour Aurélien,

    Merci pour cet article vraiment sympa.
    Je partage à 100% ton avis : le meilleur moyen pour attirer les coccinelles, ce sont les fleurs.
    Personnellement, je laisse toujours des bandes « sauvages » entre mes bandes cultivées et ces précieux auxiliaires ne manquent pas…contrairement à certains collègues maniaques du désherbage, condamnés à réintroduire artificiellement (à prix d’or) des coccinelles non autochtones, qui ne tardent pas à aller voir ailleurs !
    Bonne soirée !

    • Aurelien

      Bonsoir Gilles,

      Merci pour ton commentaire !
      J’ai vu que Biobest et Koppert proposaient des Adalia bipunctata, coccinelles indigènes. Je ne sais pas s’ils l’ont toujours fait mais pour les pros de la binette ça peut être un meilleur choix que les coccinelles asiatiques. Maintenant comme on le dit, des bandes fleuries et sauvages seront tout aussi efficaces, et en plus c’est gratuit !
      A bientôt,
      Aurélien

  3. merci pour les explications sur la coccinelle asiatique. J’en vois de plus en plus. Et j’avoue que j’aime mieux nos coccinelle à nous. Alors, Si en plus elles sont cannible. Beurkkk.

  4. Audrey

    Bonjour Aurélien,

    Le problème avec les coccinelles asiatiques c’est qu’elles sont envahissantes, nuisibles (elles ne font pas que manger des pucerons mais aussi les larves d’autres espèces en plus de la leur!) et surtout elles ne sont pas adaptées à l’environnement qui est le nôtre, elles s’attaquent aux fruits, n’ont pas de prédateur sur notre territoire et sont responsables de la régression des coccinelles indigènes.

    J’espère que vous n’aurez pas à subir l’invasion de ces petites bébêtes dans votre maison car pour l’avoir vu de mes yeux, croyez-moi, c’est l’horreur! Des centaines sur les fenêtres, portes, au plafond, tous les jours!

    La capacité de l’Homme à vouloir jouer à l’apprenti sorcier avec Dame Nature m’étonnera et me navrera toujours…
    Pourquoi aller chercher ailleurs ce qui se trouve sous ses yeux…

    Bien à vous

    Audrey

    • Aurelien

      Bonjour Audrey,
      Merci pour votre commentaire.
      « Le problème avec les coccinelles asiatiques c’est qu’elles sont envahissantes, nuisibles (elles ne font pas que manger des pucerons mais aussi les larves d’autres espèces en plus de la leur!) »
      Exactement, j’aurais du le signaler dans l’article. De toute façon faut pas se leurrer c’est que du commerce. Bon maintenant le mal est fait, certains professionnels (combien ??) ont réajusté le tir et « produisent » des coccinelles indigènes à nos régions. Mais bon, est-ce que les producteurs de légumes etc… en ont vraiment besoin ? C’est un problème qui soulève de nombreuses autres questions sur les pratiques culturales de l’agriculture et de l’agriculture biologique.
      A bientôt
      Aurélien

  5. Super,les coccinelles nos amies,ne sont pas nombreuses dans mon potager/jardin,le long de ma serre tunnel j’ai semée des fleurs,pour le moment(deux ans)pas trop de succes.Je ne desespere pas.En tout cas,seul produit chimique: boullie bordelaise et soufre à mouiller,pour le reste des purins de toute sortes,probablement a utiliser plus intensivement.Merci pour les articles.

  6. magguy

    Bonjour, je viens de lire tout vos commentaires très intéressant, mais je me pose une question toute simple, j’ai lu sur d’autre site que l’absinthe était un répulsif pour les pucerons, alors répulsifs ou non ?

    • Aurelien

      Bonjour,
      Dans mon article je parle de la grande absinthe qui attire une espèce de pucerons noirs, je dois avoir des photos de mon potager à l’appui. Il est fort probable qu’elle repousse d’autres espèces de pucerons. Je vais me renseigner sur le sujet. Sinon le purin d’absinthe est bel et bien insectifuge, et donc répulsif envers les pucerons. En espérant vous avoir répondu.
      Bonne journée,
      Aurélien

  7. magguy

    Merci beaucoup pour votre réponse, donc je vais mettre un pot de grande absinthe afin d’avoir des coccinelles l’année prochaine.

  8. carros

    merci beaucoup je ne connaissais pas la larve de la coccinelle,à je serai vigilante .J’ai de l’absinthe mais peut être pas la bonne

  9. bonjour, je viens de lire vos commentaires et tout cela m’intéresse fortement. Le père Noël m’a apporté une maison à insectes et je souhaite qu’il y ait des locataires cet été ;-): les abeilles, bourdons et surtout des coccinelles… L’année dernière j’ai trouvé 2 ou 3 coccinelles asiatiques mais pas de cocinelles européennes.. si je comprends bien il me faut planter des grandes Absinthe, laisser des orties pousser… Y-a-t-il d’autres fleurs et plantes que je pourrais planter dans mon jardin afin que nos amies les coccinelles reviennent?

  10. beekeeping

    en lisant cette article je me demandais si les coccinelles survivent au froid, en cherchant un peu, je me suis émerveillé à découvrir que oui :)

  11. dupuis gabrielle

    NOUS AVONS TOUS LES ANS DES COCCINELLES.CETTE ANNEE ON EN VOIE MOIN ET POURTANT LES PUCERONS SONT BIEN LA ,ET EN NOMBRE ?ON VA ATTENDRE ENCORE UN PEU D’ habitude notre hibiscus et nos rosiers sont bien nettoyer je vais peut etre mettre la plante que vous avez indiqué.Merci de vos information et conseil

    • Aurelien

      Bonjour,
      Il peut y avoir un petit temps avant que les coccinelles ne soient vraiment présentes. Pas d’inquiétudes si vous avez des pucerons (et si vous ne traitez pas) elles ne vont pas tarder à arriver, ainsi que les autres insectes auxiliaires. D’ailleurs, avez-vous regardé si il y avait présence de larves de coccinelles ? Elles sont peut être déjà à l’action.
      Bonne journée
      Aurélien

  12. Bonjour,
    J’ai moi-même observé des larves de coccinelle sur mes rosiers grimpants. J’en ai planté quelques-uns autour de mon potager et je crois qu’elles s’y plaisent. Vive ces petits prédateurs de pucerons!
    Mais un autre moyen de combattre ces petits importuns, ce sont les mésanges. Si vous les nourrissez en hiver, elles vous donnent un sacré coup de main (bec?) au printemps et en été, car elles élèvent deux générations de bébés quand il y a beaucoup de nourriture.
    Si vous avez vraiment beaucoup de pucerons, pulvérisez avec une solution de savon noir. C’est inoffensif mais les insectes n’apprécient ni le goût, ni le coté gluant de cette aspersion!
    Belles cultures à tous!

    Patrick

  13. mathilde

    Bonjour
    j’arrive 2 ans après vos discussions, mais le sujet m’intéresse. Non pas que je sois envahie de pucerons, mais la coccinelle asiatique me dérange. Je la connaissais déjà et la savais indésirable, mais pas à ce point!
    Ma question est la suivante : doit-on les supprimer quand on en croise? Je sais que la loi exige qu’on détruise les frelons asiatiques, est ce identique pour les coccinelles? Je me rends compte que ma question est idiote : si c’était le cas, on n’en vendrait pas!
    Mais je pense qu’à l’avenir, je supprimerai les indésirables…
    Autre question qui n’a rien à voir : je découvre votre blog qui me plaît énormément et je vous remercie de l’aide que vous m’apportez. C’est la deuxième année que je fais mon potager et ça me passionne. Je suis dans le Tarn-et-Garonne, et la terre et le climat sont parfaits : tout pousse!! Dans quelle région est votre potager? (c’est juste pour savoir si je peux me caler sur vos plantations)

  14. Gris

    Bonjour,

    Personnellement mes observations et expérience me fond dire que plus on a de pucerons et de diversité de plantes qui les attire tout au long de l’année, plus on attire les coccinelles et surtout on les sédentarises pour le printemps suivant, si non l’année suivantes les coccinelles mettent plus de temps à revenir. Le paillage/bois/BRF et déchets végétaux de la cuisine composter à même le sol du potager permettent de fixer la population de coccinelles durant l’hiver en lieu et place des prochains pucerons du printemps.

    Ainsi en 4 ans j’ai vu passé la population de coccinelles de mon potager de quelques individu visible (adultes) par semaine, à des dizaines voir centaines (selon l’espèce et la période) observable en 1h (larves, nymphes et adultes) en 2016.

    Les plantes dans mon potager qui sont les lieux de reproduction des coccinelles sont (par ordre temporel dans la saison pour ma zone : la haute Savoie alt. 445 m)
    – Fève (tant qu’il y en a, soit de mars à août)
    – cerisier / merisier / noisetier (mai / juin)
    – Choux, navet et autres légumes qui montent en fleur (pour production de semences) (juin – août)
    – Côte de blette en fleur / fenouil en fleur (août – septembre voir octobre si il fait doux)

    A savoir que les reproductions des coccinelles se fait tout au long de l’années avec certaines espèces qui se reproduise 2x et plus ou d’autres qui ne se reproduisent qu’une seul fois et tardivement, il est donc primordiale d’avoir en permanence une source de nourriture afin de favoriser leur sédentarisation (de toute les espèces de coccinelles).
    Ainsi, bien que les pucerons face un certain nombre de dégâts sur certaines plantes (bien que relatif, car pour 2016 je n’ai eu qu’une perte de semence de fenouil 30%), on s’assure de la présence des coccinelles, très tôt dans l’année.

    Ainsi par exemple on n’a plus peur de ne pas faire de fèves très tôt dans la saison, qui sans coccinelles (associé aux syrphes et araignées) produisent mal car dévoré par les pucerons, idem pour les haricots vert plus tard.

    Donc qui dit coccinelles en abondance dit présence de beaucoup d’autres insectes, les syrphes, et guêpes vont également venir de par la présence des pucerons, ce qui à pour effet de dynamiser la diversité d’insectes qui sera pour nous le meilleur indicateur de bonne santé du jardin naturel.

    • Aurelien

      Bonjour et merci pour vos observations et conclusions très intéressantes et pertinentes. C’est super ce qu’il s’est passé dans votre potager en quelques années !

      Je suis tout à fait d’accord avec vous, ne pas limiter son potager à une plante mais bien à une succession de plantes attractives dans le temps permet de fournir de la nourriture et un lieu de reproduction aux coccinelles et autres auxiliaires sur presque toute l’année. Le gîte hivernal est également important pour permettre aux coccinelles de survivre, ainsi un potager « trop propre » n’est pas bénéfique pour leur survie.

      Dans mon potager les fèves sont en effet remplies d’insectes de tout genre dont les coccinelles. J’ai pu observer également des fourmis qui protégeaient les pucerons de leurs prédateurs. Les coccinelles ont plus de mal à prendre l’avantage à ces endroits, quand elles n’abandonnent pas complètement. Les guêpes et frelons sont également bien présents.

      L’artichaut est aussi un aimant à pucerons sur deux périodes assez longues au printemps et à l’automne. Sur mes plusieurs pieds côtes à côtes, seul un est attaqué par les pucerons, le plus vigoureux.

      Mêmes observations que vous sur les plantes en production de semences (Haricot, Fenouil)

      Mon article mérite une mise à jour depuis 2012

      Bonne continuation,
      Aurélien

      • Gris

        Effectivement les fourmis étaient pour moi le facteur le plus problématique quand elles sont en trop grand nombre sur certain pieds de fèves ou haricots vert. souvent très proche de la fourmilière.

        Mais en 2016 j’ai pu observer une situation qui je l’espère se généralisera, avec l’arrivé, naturellement je précise, d’une nouvelle espèce d’araignée dans le potager.
        Ainsi l’équilibre : pucerons + fourmis VS coccinelle ou syrphe, si les fourmis sont en grand nombres les pucerons ne disparaissent pas.

        Mais si il y a la présence d’araignée prédatrice de fourmis comme j’ai pu le voir en 2016, alors les fourmis ne peuvent plus monter sur le pieds, car l’araignée les attends à l’affût le long de la tige, ainsi les pucerons se retrouvant sans protection se font rapidement dévoré.

        Reste à savoir comment vont évoluer les populations de ces nouvelles arrivantes, il y a eu 3 nouvelles espèces d’araignées cette année, jamais observé depuis 4 ans. Entre autres bien sûr, et je me demande ou tout cela va s’arrêter.

        Pour information :

        Aujourd’hui, bien qu’ayant une diversité de plantes cultivée au m2 relativement élever par rapport à la moyenne, je pense que je suis encore loin, très loin de l’optimum.

        Bien sur il n’y a ni rangé, ni monoculture, tout est semer à la volé, ou repiquer la où il y a de la place.

        Pour information sur environ 50m2 en culture je cultive entre 60 et 70 différentes plantes, le tout se trouvant sur une parcelle de 200m2 avec de nombreux arbres, buissons, tas de bois et zones « laissées » à elle même avec herbes hautes.

        Pour annecdote :
        Mon jardin est en pleine ville, cette année un voisin d’un immeuble surplombant le jardin, me demande « Avez-vous des punaises dans votre jardin ? »
        Je lui dit ne jamais en avoir eu autant que cette année, et de tout ma vie.
        Et il me rétorque au’en 30 ans qu’il habite l’immeuble il n’en a jamais eu une seul or cette été il en avait plein son salon durant le mois d’Août …
        Craignant que la situation allait tourné au conflit, je lui demande si cela le gênait, et me répondis que non, bien au contraire il est ravie de voir la nature avoir de la place en ville…

        La personne a +70 ans … mais qu’en est-il d’un gens actif de 30 ans qui n’a pas en mémoire la campagne de son enfance ?

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les guêpes parasitoïdes, alien au potager bio - [...] également d’autres auxiliaires que nous avons déjà vu dans les articles précédents : les coccinelles et les [...]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Optionally add an image (JPEG only)

Animated Social Media Icons by Acurax Responsive Web Designing Company

Pin It on Pinterest

Share This