15 points pour éviter le mildiou de la tomate

18, Juin 2012 by

15 points pour éviter le mildiou de la tomate

Le mildiou est une maladie très fréquente chez la tomate, elle est causée par un champignon, le Phytophtora infestans. Cette maladie se déclenche assez régulièrement dès qu’il y a trop d’humidité dans l’air et sur les plants, elle se manifeste en pourrissant les tiges, les feuilles et les fruits. Les étés pluvieux de ces dernières années ont grandement favoriser le mildiou. Des actions peuvent cependant être appliquées pour limiter et éviter à vos plantes d’attraper cette maladie.

1) A la plantation sélectionnez seulement des plants sains et forts. Si vous avez fait vos propres semis, une fois vos plants prêts à la transplantation, sélectionnez les plants les plus forts, les plus robustes, ils démarreront mieux et seront plus résistants aux maladies.

2) Choisissez une exposition favorable. La tomate aime une exposition ensoleillée. L’exposition au vent modéré est également favorable. Les mildious sont des champignons dont les spores sont véhiculées par l’air. En situant vos plants dans un endroit ou le vent circule, les spores du mildiou ne se fixeront pas (ou moins) sur les plants de tomates. De même après une pluie, vos plants sècheront plus rapidement ce qui limitera la sporulation du mildiou.

3) Plantez dans un sol favorable. La terre doit être fertile, légère, le sol équilibré. Un déséquilibre favorise toujours une maladie.

4) Arrosez convenablement. N’arrosez jamais les feuilles et la tige de la tomate. Arrosez donc au pied. Bannissez les asperseurs, privilégiez le goutte à goutte, voir aucun système. Vos tomates auront meilleur goût en ayant moins d’eau. Il vaut mieux que le plant de tomate soit en léger stress hydrique que le sol soit saturé d’eau.

5) Taillez les plants aux moments favorables. Si vous taillez les gourmands, faites-le uniquement les jours ensoleillées et dans la mesure du possible aux heures les plus chaudes de la journée. La blessure provoquée en arrachant les gourmands favorise la porte d’entrée au mildiou. En coupant les gourmands à l’heure la plus chaude et au soleil la blessure va sécher plus rapidement. Si vous coupez les gourmands au sécateur (ce qui n’est pas nécessaire) désinfectez régulièrement votre outil à l’alcool à 70°

6) Évitez de blesser les plants. Manipulez avec soin vos plants de tomates, une petite coupure est toujours une porte d’entrée potentielle au mildiou. Il n’est pas nécessaire d’effeuiller les plants au fur et à mesure de la récolte des plants. Toutefois si des feuilles se dessèchent naturellement retirez-les dans les mêmes conditions que le point 5.

7) Mettez de l’ortie sèche dans le trou de plantation. Lors de votre transplantation finale faites un trou plus profond que celui de la motte, mettez au fond quelques feuilles et tiges d’orties sèches, recouvrez de terre, puis planter votre plant de tomate. L’ortie de part sa composition favorisera la bonne santé et la bonne croissance de la tomate. Nous verrons cette plante dans un autre article.

8) Plantez à la bonne date. La tomate est une plante gélive, il faut donc attendre la fin des gelées avant de la planter vos tomates au potager. On dit que les dernières gelées tombent après les saints de glace (Estelle, Achille et Rolande, respectivement les 11, 12 et 13 mai). Cependant si vous êtes situé au Nord de la Loire je vous conseille d’attendre la fin de la Lune Rousse qui se situe vers le 20 mai.

9) Paillez vos tomates. Il est possible de pailler vos plants avec de l’ortie, comme dans le point 7 elle diffusera ses bons éléments dans le sol. Essayez aussi le paillage de consoude et de prêle des champs. Tout autre paillage est aussi bienvenue tant qu’il reste naturel, il limitera l’évaporation et en se décomposant nourrira la plante.

10) Diversifiez. Mettez en place plusieurs variétés de tomates. Elles ne réagissent pas toutes de la même façon face au mildiou. De même diversifiez entre variétés précoces, de mi-saison et tardives.

11) Distancez suffisamment vos tomates. La meilleure façon de perdre le contrôle sur le mildiou est de planter vos tomates trop serrées les unes des autres.  Dans de nombreux ouvrages de jardinage il est conseillé de distancer les tomates de 50 cm. Ce n’est pas assez ! Laissez 75cm à 1m entre deux plants et mettez des plantes compagnes entre deux plants (basilic, persil, œillet d’inde).

12) Cultivez en biodynamie. Si vous avez le temps plantez et occupez vous des tomates seulement les jours fruits. Référez vous à un calendrier lunaire biodynamique.

13) Toujours en biodynamie. Faites des tisanes à vos plantes. D’après le livre de Maria Thun, Mon année au jardin bio-dynamique (lien vers amazon, maj 2016, le livre est devenu hors de prix !) trois types de tisanes lui permettent d’avoir des plants en bonne santé tous les ans. Ces tisanes sont la camomille, l’écorce de chêne et la prêle des champs.

14) En curatif. Si vos plants ont tout de même attrapé le mildiou vous pouvez tenter un traitement naturel avec des PNPP (Préparations naturelles peu préoccupantes). Purin de prêle, extrait de pépin de pamplemousse.

15) Alternative, la serre. Si avec tous les moyens précédents mis en œuvre vous pensez tout de même avoir un climat à risque, optez pour une serre ou un abri à tomates. Ils permettront de limiter la contamination et vous pourrez récolter vos tomates sur une plus longue durée qu’en extérieur.

Je n’ai volontairement pas intégré la bouillie bordelaise, car si elle est acceptée en bio, elle sature tout de même les sols en cuivre en cas d’utilisation répétée, est phytotoxique pour certaines plantes, bioaccumulatrice par certains organismes et reprotoxique pour les mammifères dont l’homme.Toutefois si vous décidez de l’utiliser, faites le en préventif, protégez-vous lors du traitement et lavez bien vos tomates avant de les consommer.

Mise à jour 2016, pour aller plus loin

Depuis la parution de cet article en 2012 ma pratique autour de la tomate a bien évoluée :

J’ai abandonné le point 7, même si l’ortie n’est pas très profond dans le sol il y a risque de putréfaction. Je préfère concocter des extraits fermentés d’ortie et de consoude et fortifier mes plants de cette manière.

Préventivement, le bicarbonate de soude, permet de limiter les attaques du mildiou sur les plants, avec toutefois une limite en fin de saison, notamment quand les pluies durent plus de 4-5 jours et quand les températures rafraîchissent bien. Le bicarbonate semble aussi ralentir la propagation du mildiou sur les tiges (je dois faire cependant réaliser d’autres tests cette année 2016).

La meilleure prévention contre le mildiou est d’offrir un toit aux tomates (point 15).

Pour avoir d’autres conseils, du semis à la récolte, en passant par la fertilisation naturelle et la production de semences, je vous invite à lire cet article sur la culture de la tomate.

Et pour une totale réussite je vous invite à lire l’excellent livre de Nicolas : Anti-mildiou.

A propos de l'auteur :

Pour mes voisins jardiniers je suis un drôle de bio qui ne quitte jamais son appareil photo et son trépied : "Il ferait mieux de désherber son jardin plutôt que de prendre ses coccinelles en photo..." Je suis donc un fervent jardinier du potager naturel ou bio, depuis 2012 je partage cette passion avec vous via Tous au Potager.

Cliquez ici pour découvrir ma formation

77 Comments

  1. Bonjour aurélien

    Je suis bien d’accord avec vos 15 points pour éviter le mildiou des tomates.
    Si je peux me permettre, il y a également une autre solution pour l’arrosage : L’on peut couper le bas d’une bouteille d’eau et la retourner au niveau du pied de tomate, ainsi l’arrosage se fait sans gaspillage et sans toucher aux feuilles et à la tige.

    Bonne journée à vous et merci pour ce bel article.
    Yannick

    • Aurelien

      Bonjour Yannick,

      Merci pour ton commentaire !

      En effet la demi bouteille d’eau à l’envers est une bonne méthode pour éviter de mouiller la tige de la tomate.

      Après d’après certaines lectures et tests que j’ai pu réaliser l’année dernière, apporter trop régulièrement de l’eau aux tomates n’est pas toujours favorable. Certains maraîchers arrosent seulement une fois à la plantation, paillent suffisamment autour de chaque pied et n’arrosent plus du tout, et ça marche très bien !

      En fait cette technique force la plante à aller chercher de l’eau en profondeur. J’en déduis aussi que les plants font plus de racines et sont ainsi capables d’assimiler plus de bonnes molécules et minéraux pour leur résistance contre les maladies.

      Bon je pourrais développer des paragraphes, je devrais en garder un peu pour les articles ;)

      Bonne journée et à bientôt !

      Aurélien

      • Bonjour.D’accord avec Aurélien, sauf pour l’arrosage en demi bouteille, car les escargots les bouchent et c’est un piège pour les lézards qui s’épuisent à force de glisser pour tenter d’en ressortir.

        • gr

          bonjour, moi je ne coupe pas entièrement le dessus de la bouteille qui me sert comme bouchon, ainsi aucun escargot ni lézard ne peuvent entrer

  2. Très intéressant comme article ! C’est souvent au départ de la plantation qu’on donne les moyens à la plante de s’épanouir: espacement et emplacement sont importants.
    Bien arroser fait aussi économiser cette eau dont on prend enfin conscience qu’elle est une ressource limitée!
    L’article est vraiment complet!
    Avec le soleil revenu, il ne nous reste qu’à attendre nos premières récoltes de tomates !

  3. Jean-Louis

    Bonjour Aurélien,
    Merci pour toutes ces informations que je découvre avec intérêt. Sauf erreur, l’huile de neem est interdite en France pour le jardin.

    • Aurelien

      Bonjour Jean-Louis,
      Merci pour ton commentaire. En effet j’ignorais que la législation avait évolué pour l’huile de Neem. Merci de l’info

    • joana

      Bonjour,

      Pourquoi l´huile de neem est interdite en France,je vie au portugal et elle est autorisé.

  4. bischoff

    Bonjour
    Que pensez vous de planter dans les tiges du fil de cuivre ?
    Cordialement
    Denis

    • Aurelien

      Bonjour Denis,
      Alors personnellement je n’ai jamais testé cette technique. Toutefois j’ai lu quelques retours d’expériences et ils n’étaient pas vraiment positifs.
      Ce que j’en dit : Quand on choisit la bouillie bordelaise on pulvérise sur toute la plante (action par contact), ce qui empêche le mildiou de se développer. Avec le fil de cuivre on pense que la sève va véhiculer le cuivre, si c’est le cas la plante prend ce dont elle a besoin et le cuivre reste un oligoélement (en petite quantité) dans la composition de la plante. Je pense qu’il n’aura pas d’action sur le mildiou. De plus on ouvre une autre porte au mildiou en perçant la tige de la tomate.
      Vous l’avez déjà testé ?
      Cordialement
      Aurélien

      • j’accepter vos proposition mais je lancer un appeler aux chercheurs de nous proposer un autre produit plus aptes que celui-çi. car,le fleau fait de drame sous le tropic.surtout pendant la saison séche ou il fait trop froid mais les arrosages sont toujour récomander régulierement

      • Bonjour à tous,

        J’ai testé plusieurs années le fil de cuivre : aucun effet sur le mildiou…de plus, j’ai directement tué quelques plants en ne passant pas le fil parfaitement au centre de la tige.

        Gilles

        • Aurelien

          Bonjour Makiese Simon et Gilles,
          Makiese, comment sont réalisés les arrosages ? En aspersion ?
          Merci de faire part de ton expérience Gilles, c’est bien ce que je pensais, pas d’effets sur le mildiou, et ça ne m’étonnes pas.

          Aurélien

        • Samuel

          Idem pour moi. Aucun résultat avec le fil de cuivre. Hélas.

      • Joseph

        Oui, j’ai déjà essayé, pas de résultats notoire. Pas plus avec du fil de cuivre servant d’attache avec les tuteurs.

  5. telmart

    bonjour
    pour ne pas avoir le mildiou sur les tomates,helas ,il faut traiter avec les produits vendu dans les magasins .mon voisin a récolté de magnifique tomate pas très bio
    j’ai tout essayer ,tuteur en cuivre,fil de cuivre dans le pied de tomate,prele en pulverisation ainsi que boullie bordelaise,ortie,consoude pour la nourriture du pied,hélas hélas
    cette année un dernier essai et je vais suivre quelques bonnes idées d’aureien
    le paillage avec la prèle,ortie,consoude

    • Jean-Louis

      Bonjour,
      L’an dernier j’ai eu beaucoup de problème de mildiou. Cette année je viens de voir une petite attaque sur 2-3 pieds. Je teste le traitement à base de bicarbonate de soude alimentaire. A voir ce que ça va donner.
      Quelqu’un a déjà une expérience avec ce traitement ?

      • Jean-Louis

        Suite à mon précédent post. J’ai eu quelques attaques de mildiou. Pulvérisation au bicarbonate dès que le temps le permet (absence de pluie). Il s’agit donc d’un traitement curatif (pas de préventif ici) Résultats : en saison, les attaques sont stoppées voir disparaissent lorsqu’elles sont traitées très vite. En fin de saison, c’est plus compliqué : la pluie fréquente gêne énormément et favorise le mildiou.
        Bilan : très bon malgré tout.
        La recette : 5g de bicarbonate de soude pour 1 l d’eau + 3 cuillères d’huile d’olive (bio de préférence) pour favoriser « l’accroche » sur les feuilles, bien mélanger. Pulvériser sur les plants. Eviter de traiter fleurs et fruits. Renouveler toutes les semaines sauf si l’attaque a disparu.

      • BONNEFOY

        oui j’ai bien utilisé le bicarbonate de soude alimantaire sur mes pied de tomates a la dose de 1 cuillerée à café bien pleine de bicarbonate de soude par litre d’eau et je puis vous assuré que sa marche trés bien mais a faire uniquement le soir au moins 1 heure aprés le coucher se soleil afin de ne pulvériser que quand les plans sont froid sinon risque de brulure

        • Danielle

          Merci de tous ses conseils. Je ai perdu ma récolte de tomates car débutante dans le jardinage

      • michel

        cette annee j’ai planter des pieds de tomates en serre aucun problemes traitements au savon noir et bicarbonate de sodium il y a 20 pieds .j’ai mis queques pieds en dehors de la serre tous et a jeter avec le meme traitement

        • Marie-Christine

          nous avons acheté une serre en verre cette année, quelle déception pour les tomates ! malgré ouverture de la porte moustiquaire la nuit et un peu la fenêtre pour éviter que la pluie ne rentre, la condensation dans la serre provoque des gouttelettes sur les feuilles des tomates tous les matins… presque tous les plants sont malades. Je fais des purins ou décoction d’ail, purin orties et consoude etc… et parvient à récolter quelques tomates. Rien de tel que les simples abris bien aérés pour les tomates, là elle ne sont presque pas touchées par le mildiou… pas de condensation.
          Quelqu’un a t-il un conseil pour la culture de tomates en serre ? Merci d’avance !
          MCS

  6. telmart

    pas eu le temps de corriger les fautes,cliqué trop vite

  7. L’année 2012 j’ai eu quelques pieds de tomates ou j’ai pu arrêter le mildiou après son apparition. Déjà c’était des pieds ou je n’ai rien ajouté comme compost ou purin ou engrais ou déchet vert dans le trou, mais simplement planter sans plus dans la terre. En plus il y avait du paillage avec de la paille simplement. Puis j’ai appliqué une technique de type ayervédique, la technique Agnihotra, ou j’ai pulvérisé de l’eau énergétisée avec la cendres de la bouse de vache. Cela a stoppé net la progression du mildiou et ces plantes ont continué à pousser en faisant de belles tomates. la technique agnihotra a beaucoup de similitudes avec certaines technique de biodynamie, c’est logique car Rudolf Steiner s’est beaucoup inspiré et a beaucoup échanger avec des savants d’Inde dans le groupe de théosophie dont il faisait partie qui avait justement pour but d’échanger les savoirs entre l’orient et l’occident. Pour plus d’info sur agnihotra voir mon site sur le sujet http://www.agnihotra-pratique.com
    Je vais refaire des tests cette année et espérons que le problème du mildiou appartiendra définitivement au passé :-)
    Une ferme qui applique agnihotra en Allemagne, la ferme Homa hof que j’ai visité l’été dernier, témoigne aussi d’avoir résolu le problème de mildiou avec cela.

    • bonjour je suis etudiant en science agronomique de L’ISEA/TSHELA(RDC) je travaille dépuis 5mois la culture de tomate dont je compte défendre mon titre academique.d’ou malgre la prevention faite,en pulversant la bouilli bordailese mon éxperiance montre que,la culture est toujour attaque pa mildouim

  8. Lors de la plantation des pieds de tomates, je mets toujours de l’ortie fraîche dans le trou. Zxpliquez-moi pourquoi il faut qu’elle soit séchée? Je vais suivre vos conseils et vous remercie de me répondre

    • Aurelien

      Bonjour,
      Après diverses lectures récentes, l’ortie qu’il soit sec ou frais ne serait pas si bon à mettre dans le trou de plantation. Mais rien n’est confirmé et ne le sera pas de si tôt car je n’ai pas vu d’expérimentations sur le sujet. A chacun de se faire son avis. Vaut mieux quand même le mettre sec car frais il pourrait moisir sous terre et ne pas donner les effets recherchés. Une autre solution, c’est de mettre l’ortie en mulch (mon conseil n°9). Bon après si vous n’avez pas de problèmes c’est que votre sol est bien vivant et assimile très bien la matière organique. Vous pouvez continuer ainsi.
      A bientôt
      Aurélien

  9. Charlotte

    Et que pensez vous de l’eau chlorée en pulvérisation?

  10. Abderrahim

    PEUT ON UTILISER l’extrait de l’ail contre le mildiou? MERCI

  11. riton

    Bonjour,

    Je voulais revenir sur trois points dans cet article:

    -le point 9 à propos du paillage. Compte tenu du taux de carbone très important de certains paillages (paille de céréale, copeaux de bois, etc.), je ne pense pas qu’on puisse considérer que la dégradation des paillages très carbonés (je ne parle pas des paillages « verts ») libère de l’azote: au contraire. (C/N de la matière organique proche de 10, ce lui de la paille de céréale proche de 100, donc consommation d’azote pour dégrader de la paille de céréale)

    -les point 5 et 6: Certes des maladies saprophytes comme le botrytis, le sclérotinia, etc. profitent des blessures pour infester la plante. Pour le mildiou la pénétration du champignon se fait en très grande majorité par les limbes (directement via l’épiderme ou par les stomates): je ne pense donc pas que l’hygiène ait un très grand impact dans la gestion du mildiou (Mais ca reste très pertinent dans le cadre de la gestion des maladies saprophytiques)

    -le dernier point devrait être mis en premier: la pénétration du mildiou dans la plante nécessite impérativement la présence d’eau liquide à la surface de la plante. Dès lors que vous couvrez vos tomates et ne mouillez plus le feuillage vous n’aurez presque plus de problème de mildiou. Je dis presque car lorsque le soleil se lève la température monte rapidement dans le tunnel, or après une nuit fraîche la plante (95% d’eau) est froide et de la condensation se forme (donc présence d’eau liquide) et la contamination devient possible. C’est pour ça qu’il faut ouvrir le tunnel le matin pour permettre à la condensation de sécher. Les paramètres climatiques sont déterminants pour le développement de ce champignon.

    source: http://ephytia.inra.fr/fr/C/5170/Tomate-Biologie-epidemiologie

    Bien cordialement

  12. kstav

    Personnellement j’ai opté pour un toit en film plastic audessus de mes tomates.
    Cela évite l’eau sur les feuilles.L’année passée je n’ai pas eu de mildiou avec ce système alors que la saison avait été très humide et qu’en plus j’habite dans le nord.

    • Aurelien

      Oui cette protection est efficace, pas évidente à mettre en œuvre pour tous les jardiniers mais ça vaut le coup !

  13. Bonjour,
    Je suis d’accord, le point 15 devrait être mis en premier, et une serre n’est pas forcément obligatoirement le plus efficace, un tunnel ouvert (comme le dit kstav) juste pour protégé de la pluie est bien efficace !

    Pour les distances entre chaque plants, je mets 60 cm, 75 cm – 1m c’est parfait mais pour économiser de la place c’est pas top surtout en serre. je mets 50 variétés différentes donc il me faudrait 50 mètres juste pour les tomates !

    Pour le point 4, je suis d’accord, mais il faut veiller à ne pas non plus passer à des période stress hydrique / arrosé trop souvent, j’ai eu le cul noir l’année dernière, enfin pas moi, les tomates ^^

    Pour les plantes, moi je fais mon infusion chaque semaine => 2 gousses d’aille, 500g de prêle 500g de consoude dans 10L, 20 minutes à ébullition (environ 1h00/1h15 de cuisson), 3 jours au repos au moins, puis filtration, puis dilution au 10ème parfois 5ème, pulvérisation foliaire une fois par semaine. 20 ml de savon noir en plus pour bien fixer le tout.

    Pour le point 7, j’image toujours mal comment l’ortie peut se décomposer naturellement avec un si faible taux d’oxygène dans la terre, pour mois ce n’est pas utile, mais si on a beaucoup d’ortie au moins ça sert ^^

    • Aurelien

      Bonjour Benjamin,
      – On peut aussi jouer sur la distance entre les plants en fonction de la taille ou non des plants. Avec taille, on rapproche; sans taille, on espace.
      – Point 4 : bonne remarque, souvent le cul noir arrive aux premières tomates, probablement lorsque la plante n’a pas encore un système racinaire bien développé et donc plus sujette aux stress hydriques.
      – Merci pour ce partage de recette qui a l’air très fortifiante pour les tomates !
      – Point 7 : Une année j’ai fais l’expérience avec les conditions suivantes : présence d’ortie /absence d’ortie dans le trou de plantation. Avec l’ortie j’ai observé une meilleure croissance et des plantes plus robustes. Mais, je pense qu’avec des tisanes et des purins un résultat similaire peut être atteint.
      A bientôt et merci pour tes commentaires constructifs !
      Aurélien

  14. marinette

    Bonjour, j’ai trouvé de très bonnes info sur ce site et des recettes naturelles que je vais m’empresser d’essayer, merci beaucoup !
    Par contre dans plusieurs articles j’ai lu de stériliser le sécateur à l’alcool… l’alcool ne désinfecte pas du tout ! Son utilisation reste ancré alors qu’il n’a pas du tout cette capacité. Des produits spéciaux existent dans les commerces…
    A bientot

    • Aurelien

      Bonjour,
      Merci beaucoup pour cette information ! En effet l’alcool ne semble pas efficace sur les spores, je vais revoir l’article pour la désinfection du matériel. Je vais me renseigner davantage à ce sujet. Dans tous les cas l’alcool à 70°C tue les bactéries, ce qui préviens déjà certaines bactérioses de la tomate.
      A bientôt,
      Aurélien

  15. pedrito

    Bonjour,
    Mes 60 pieds de tomates sont décimés, à ce jour, 16 juillet, pour la première fois de ma vie!
    Le mildiou, semble-t-il….
    Je retente de planter quelques plants dénichés ce matin: je lis aussi que le mélange eau + lait serait efficace: qu’en dites-vous?
    Je suis vos commentaires avec curiosité et un grand intérêt
    Merci à toutes et tous

    • Aurelien

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire, pas de chance pour vos tomates ! ça me fait toujours mal de lire ça ! De mauvais souvenirs…
      Eau + lait, oui je l’ai déjà testé sur oïdium mais pas sur le mildiou de la tomate.
      En prévention : purin d’ortie à 5% en pulvérisation
      Sinon faites des traitements au bicarbonate de sodium :
      http://www.tous-au-potager.fr/lutter-contre-mildiou-bicarbonate-soude/
      Bon courage et n’hésitez pas à donner des nouvelles de vos nouvelles tomates
      A bientôt
      Aurélien

    • POUR MA PART ,C’EST LA 1 ère FOIS AUSSI QUE NOUS PERDONS UNE TRENTAINE DE PIEDS QUE NOUS ALLONS ARRACHER AUJOURD’HUI; nos autres pieds de tomates, ds 2 endroits différents ne sont pas atteints; pourvu qu’ils tiennent le coup…….. nous allons tenir compte de tous les renseignements et conseils ci-dessus; merci à tous ! faut-il traiter le terrain avant de replanter ….si l’on trouve de nouveaux pieds à ce jour…..? et que faut-il faire???? merci pour toutes vos réponses . F .M du Périgord

  16. Bonjour,
    quand faut-il réagir, ?
    aujourd’hui temps lourd orageux bientôt pluie et + de 20 °
    dois-je traiter aussitôt la pluie
    merci de vos conseils

    • Aurelien

      Bonjour,
      Oui il vaut mieux traiter après la pluie afin d’éviter que le bicarbonate ne soit lessivé des plantes.
      A bientôt
      Aurélien

  17. bel

    suite a une experience individuelle qui vous couttera meme pas 1 euro .c est une reussite totale sans l ajout ni de bouillie bordelaise ni autres vous prenez 1kg oignons une tete d ail vous epluchez vous les coupez en morceaux vous les passez au mixer vous mettez le tout dans un bidon de 20 litres et vous mettez 15 litres d ‘eau vous laisser reposer 48 heures vous secouer l bidon l 3 eme jour vous le filtrer et mettez dans un pulverisateur vous pulverisez de preference juste avant le coucher de soleil .pulveristion chaque 4 jour ou au moins une fois par semaine .des que le plant de tomate atteint 15cm et jusk et meme la cuiellette .VOUS ALLEZ VOIR LE PETIT MIRACLE ADIEU MALADIES AUCUNPARASITE NI LIMACES NI ARRAIGNEes niautres essayer et vous verrez joseph si j m suis mal expliquez laisser moi vos coordooneés et jvous expliquerez par telephone ou mails bonne recolte

    • tirbisch

      bonjour je suis très intéressé par votre expérience du traitement contre le mildiou de la tomate, j’aimerai bien plus de renseignements par téléphone 0382****** MERCI

      • Aurelien

        Bonjour,
        J’ai gardé votre numéro que je donnerais à bel s’il se manifeste (je fais ça pour vous, à moins que vous ne vouliez exposer votre numéro de téléphone à des milliers de personnes ?)
        Bien cordialement,
        Aurélien

    • parmentier mireille

      faut il filtrer les 15l le 3e jour ou filtrer quand on a besoin de la préparation

  18. Fredpapa

    Bonjour à toutes et à tous,

    J’ai perdu tous mes plants de noire de Crimée et des petites tomates jaunes rondes à cause du Mildiou.
    J’habite en Vendée et cet été est vraiment très mauvais,un vrai temps du mois de Mars avec une grêle effroyable !
    Existe-il réellement des tomates anciennes non hybrides plus résistantes au Mildiou que d’autres ?
    Pouvez-vous également me conseiller un site sérieux pour avoir des graines de tomates bio de très bonne qualité ? J’ai toujours peur de mal tomber il y a tellement de sites…
    Merci d’avance à toutes et à tous.
    Cordialement, Fredpapa.

    • Bouffioux

      Bonjour, les Crimée sont TRÈS sensibles au mildiou. Pour le site l excellent kokopelli dernier grainetier avec des centaines de sortes de tomates, permet de lutter aussi contre Monsanto.
      Attaque de mildiou ces derniers jours, j ai bâche et traité avec Huiles essentielles de romarin et sauge en pulvérisation et application au pinceau sur les zones noires. A voir…

    • Bouffioux

      La variété crimée est très sensible au mildious c’est d’ailleurs souvent par elle que l’infection commence…..
      Attaque de Mildiou ces derniers jours,j’essaie la pulvérisation d’huiles essentielles sauge officinale romarin et marjolaine ainsi que l’application locale au pinceau avec un peu de savon sur les tâches.
      Pour l’instant ça reste stable, impression même d’amélioration mais transitoire vu le temps. J’ai bâché les tomates avec un film plastique perforé et je traite tous les jours. Au moins que les tomates commencent à murir…. l’année dernière j’ai jeter 20 kilos, 30 l’année d’avant

  19. SCHEER

    J’AIMERAI QUE BEL M’ENVOIE PAR MAIL SA RECETTE ,QUE JE TROUVE PAS MAL.MERCI

    BERNARD

  20. Christian des Ardennes

    Bonsoir,
    Les infos lues dans ce forum sont très intéressantes et comme beaucoup d’entre vous nous essayons de lutter contre le mildiou.
    J’ai planté trois sortes de plants de tomates, six sous serre, six sous abri simple, six en pleine terre sans protection.
    Naturellement le mildiou à fait son apparition dans les trois places.
    J’ai traité une seule fois à la bouillie bordelaise et une fois au bicarbonate de soude. Chaque jour je m’emploie à couper les feuilles atteintes et lorsque les tiges sont atteintes je les réduis systématiquement.
    Je nettoie le couteau, me lave les mains après chaque pour éviter la contamination.
    Les tomates arrivent à maturité doucement mais certaines sont attaquées inexorablement par le mildiou.
    Je vais donc tester la formule de BEL dès demain soir, je vous ferai part de mes remarques.
    Cependant je me pose la question suivante: pourquoi ce champignon microscopique n’attaque t-il pas les autres plantes ?
    Pourquoi uniquement les PDT et les tomates et la vignes? Si vous connaissez la réponse, cela m’intéresse énormément.
    Je reste persuadé qu’il existe quelque part un jardinier qui a dû trouver une petite recette miracle…
    Bien cordialement à toutes et à tous.
    Christian

    • christian

      Bonjour
      c est bien les expériences que tu fait avec tes tomates , mais quand tu te déplace d un endroit a l autre tu contamine les 3 sites entre eux
      tu ne doit avoir qu’un seul mode de culture , le mildiou est dans l air donc tes habits tes cheveux les transportent

      Moi je n ai aucun problème avec mes tomates :
      un seul endroit pour la culture /
      1– une serre a tomate que je nettoie l hiver avec eau et bicarbonate
      2- une terre enrichi d algues ortie broyé et bochevo + purin d ortie pendant la saison de culture
      2 œillets d inde a chaque pied de tomate /
      4- gros paillage des tomates sur 15 cm d épaisseur /
      5- pas ou peut de taille de feuilles /juste pincé les gourmands
      6 – un arrosage environ tout les 3 jours sans mouillée les feuilles
      7- bien aérée la serre l été sans découvrir /
      8 espace entre les plants 80 cm

      avec cette technique 100% de réussite

      Amicalement

  21. Gilbert

    Pour nettoyer les outils, il n’y a que l’eau de javel (+ vinaigre blanc dans la même proportion ,optionnel) qui tue les spores.

  22. NadineT

    Bonjour,
    Nous cultivons depuis 4 ans 20 pieds de tomates (cornues et tomates à farcir de variétés différentes chaque année) dans une planche de 1,20 x 6 m. Les plants sont donc assez rapprochés.
    Pour lutter contre le mildiou, nous suivons presque tous les conseils décrits et quand un attaque survient, nous enlevons systématiquement tous les fruits et nous coupons toutes les feuilles atteintes.
    En prévention, nous écartons le paillage du pied quand le temps est humide ou à la pluie.
    Depuis 4 ans, nous avons de belles récoltes alors que nos voisins « potagistes » ont arrachés leurs plants car les 2 derniers étés ont été très humides.
    Nous allons essayé le paillage d’ortie ou de consoude cette année.

    Espérons que le prochain sera chaud et sec.

  23. telmart

    trés bonne idée pour les oignons et l’ail
    d’autres c’est ail et lauriers
    mais bon
    la maladie attaque surtout en juillet et aout

    quand vous étes en vacances 3 semaines ou un mois ,comment vous faites pour traiter
    retour le 2 aout 2014 aprés 3 semaines ,un vrai désastre ,tous mes efforts annéantis mildiou et alternariose

    oh rage ,oh désespoir,oh maladies ennemies

    • Aurelien

      Bonjour,
      Le point 15 de cet article devrait être le premier. Abritez vos tomates et vous limiterez le mildiou. En protégeant les feuilles de la pluie on réduit fortement les facteurs qui entrainent le mildiou.
      Il est possible de fabriquer cet abri vous même, il existe pas mal d’exemples sur internet, vous pouvez aussi en acheter, certains sont à coût raisonnable.
      Si vous avez un peu plus de budget une serre est idéale.
      Quelque soit l’abri choisi l’aération est toujours très importante (point 2) pour chasser l’humidité de la plante.

      En complément de l’abri, stimulez les défenses de vos plantes dès maintenant en pulvérisant un extrait fermenté d’ortie dilué à 5%: voir point éliciteur dans cet article :
      Purin Ortie

      Aurélien

      • telmart

        merci aurelien
        mes plants viennent d »etre plantés
        un grand trou pour chaque pied
        avant de mettre la consoude ,la prele et les orties ,j’ai passé le lance flamme dans les trous et tous mon potager
        mes décoctions sont prettes
        orties préles ail et bientot oignons
        maintenant on verra

      • Anatole

        Bonjour Aurélien!
        Que pensez-vous de la culture hydroponique pour mes tomates ?
        Cordialement,
        Anatole.

        • Aurelien

          Bonjour Anatole,
          L’hydroponie ça fonctionne bien, c’est productif, on a le contrôle sur beaucoup d’éléments, c’est même « économe » en ressources quand on est en serre.
          Mais je n’aime pas ce genre de culture (d’ailleurs c’est interdit en bio) c’est comme si on réduisait la plante a complexe chimique, on perd du goût, la qualité biologique, et surtout on se détache de la terre, qui a toujours nourrit les hommes et qui est naturellement féconde.
          A choisir je préfère encore l’aquaponie à l’hydro où au moins on recycle les excréments des poissons.
          Si vous n’avez pas le choix cultivez ainsi mais si vous accès à un petit bout de terre comparez, vous ne pourrez pas être déçu par le goût des légumes qui ont poussé dans la terre. Une condition préalable c’est de choisir des variétés au bon potentiel (voir mon dernier article « choisir ses variétés de tomates »).

          Aurélien

          • Anatole

            Bien le bonjour Aurélien !
            J’aimerai construire une petite serre (5m²) mais je ne peux pas y accéder tout les jours. J’aimerai installer une ventilation ainsi qu’un arrosage qui se gère automatiquement. Je crois comprendre que vous vous y connaissez pas mal !
            Est ce que vous pourriez m’aider ?

            Cordialement,
            Anatole.

            • Aurelien

              Bonjour Anatole,
              A vrai dire je m’y connais très peu au niveau de la ventilation automatique d’une serre.
              C’est pour faire des semis ou des plants ?
              Pour les semis je pense que des goutteurs (micro arrosage) relié à un programmateur devrait faire l’affaire. Mais faut prévoir des tests de débits.
              Si c’est pour faire pousser des légumes à maturité un système de goutte à goutte avec également un programmateur devrait fonctionner.

              Bon voilà pour automatiser mais le mieux (pour moi) c’est quand même de pouvoir contrôler régulièrement ses plants et d’arroser quand c’est nécessaire. Meilleure homogénéité de l’arrosage, moins de risques d’excès (et vaut mieux parfois un manque qu’un excès d’eau).
              Bonne journée,
              Aurélien

              • Anatole

                Yo Aurelien,
                C’est pour des plants ! Vous n’avez pas des ref pour le goutteur et le programmateur ? Ça m’aiderais énormément dans ma recherche :D
                Bonne soirée,
                Anatole.

  24. Jean-Louis

    Mon expérience de cette année. Nous sommes le 8 octobre et je n’ai pas eu d’attaque de mildiou pour la 1ère fois sur mes 6 variétés de tomates . Les tomates sont en pleine terre. J’ai fait un essai : 1 pied sur 2 est paillé avec de l’ortie et 1 pied sur 2 a eu droit à une poignée d’ortie dans le trou à la plantation. Pas de différence observée. Seule gros problème : 1 récolte très faible sauf pour les tomates cerises noires. Ceci dit il a fait très chaud (je suis dans le Rhône avec plusieurs épisodes caniculaires cet été). J’ai essayé de jouer sur l’arrosage également en le limitant pour 1 pied sur 2 mais là ça n’a pas été concluant.

  25. christian

    Bonjour
    c est bien les expériences que tu fait avec tes tomates , mais quand tu te déplace d un endroit a l autre tu contamine les 3 sites entre eux
    tu ne doit avoir qu’un seul mode de culture , le mildiou est dans l air donc tes habits tes cheveux les transportent

    Moi je n ai aucun problème avec mes tomates :
    un seul endroit pour la culture /
    1– une serre a tomate que je nettoie l hiver avec eau et bicarbonate
    2- une terre enrichi d algues ortie broyé et bochevo + purin d ortie pendant la saison de culture
    2 œillets d inde a chaque pied de tomate /
    4- gros paillage des tomates sur 15 cm d épaisseur /
    5- pas ou peut de taille de feuilles /juste pincé les gourmands
    6 – un arrosage environ tout les 3 jours sans mouillée les feuilles
    7- bien aérée la serre l été sans découvrir /
    8 espace entre les plants 80 cm

    avec cette technique 100% de réussite

    Amicalement

    • Aurelien

      Bonjour Christian,
      A qui adresses-tu ta réponse ? Je peux le déplacer sous le commentaire en question (sauf si c’est pour moi mais je n’ai pas l’impression)

      De bons conseils, adaptés à la culture en serre (idéale contre le mildiou) mais tous les jardiniers ne peuvent/veulent pas investir dans une, il faut donc des solutions alternatives.
      Sinon, connais-tu le purin de consoude ? Il peut remplacer petit à petit le purin d’ortie pour favoriser la floraison/fructification
      Pour en savoir plus j’ai écris un article sur le sujet : http://www.tous-au-potager.fr/purin-consoude-fabrication-utilisation/

      Amicalement,
      Aurélien

  26. Anne-Marie

    Bonjour Aurélien,

    Et merci pour tous tes conseils… Un seul commentaire m’a fait bondir : allusion à Amazon pour l’achat d’un livre. Pitié !
    Quand on a une telle éthique pour produire des légumes sains en harmonie avec la nature, restons vigilants et résistons à tous les systèmes d’exploitation qui entachent notre quotidien et nuisent à l’équilibre de la vie des hommes dans la société. Continuons de soutenir les vrais libraires, les métiers, les savoir-faire, et arrêtons la fast-consommation ! Encore merci à toi !

  27. Rico

    Bonjour Aurelien.

    Bravo pour tes connaissances et ton blog.

    Coté tomates après 5 année de jardinage amateur,elles se trouvent sous une serre fabrication-maison montable-démontable de 1.10m x 4,5m.

    Fabriqué en cadres de tasseaux 40×40 peints et entourés d’un plastique-armée-respirant style sous-toiture,ils sont fixés entres eux par tiges filetés.

    Depuis trois ans avec du tasseau récupéré de toiture dans la benne d’un couvreur,une deuxième serre de 1.60m x 5m a vu le jour et une porte double pan de 0.40m soit 0.80m totale a chaque extrémité pour une aération optimale.

    Ma première année du a une méconnaissance de l’hygrométrie…je laissais constamment ma première serre fermée pensant qu’emmitoufler mes tomates serait plus que bénéfiques.

    Plantés avec orties morcelés en dessous des plants et une petite poignée d’engrais sans oublier mon compost maison de bonne qualité…elles ont poussés avec bonheur très vite et dépassés mes espérances au niveau du tuteur et de la hauteur des plants a la plantation que j’avais pris soin de repérer avec un scotch.

    Je traitais pas soucis écologique au bicarbonate avec un peu de lait comme fixateurs contre le mildiou en prévoyance et quelques pulvérisations au purin d’orties.
    Pour les pucerons,traitement au savon noir avec un peu de lait pour fixateurs.

    Résultat,suite a la condensation de ma serre fermée en permanence avec une période pluvieuse et l’implantation même légère des spores…destruction totale de tout mes plants de tomates cette première fois.

    Apres cette déception,j’ai compris l’utilité d’une bonne aération,rapport chaleur humidité,et que rien n’est jamais figée concernant la nature et ses composantes.

    Donc,après avoir parcouru le net et les débats multiples sur l’écologie et les remèdes en tout genre,j’ai décidé de planter sans orties aux pieds,de faire des plants en extérieur,d’utiliser la bouillie bordelaise en prévoyance et selon le temps « jusqu’à la naissance des 1er Fruits de tomates  » et idem contre les pucerons avec un produit commercialisé anti-pucerons.

    Ensuite si nécessaire a la sortie des ou du premier fruits,carbonate de soude et savon-noir-lait.

    Et depuis,plus de Mildiou mais de jolies tomates tant dehors que dedans et quelques soit le temps en Normandie.

    Cette année,après mes semis annuelle de salade,j’ai commencé mes premiers semis de radis,carottes et quelques fleurs.

    En 2014,après récupération de stolons sur fraisiers grande surface,avec une poubelle de rue,j’ai effectues un arbustes de fraises qui ne me demande pratiquement aucun entretien autre que de mettre un filet en période fruitière pour les zoziaux.

    Une poubelle de rue noire peut devenir un atout d’un esthétisme insoupçonnés avec de la chlorophylle et encore plus jolie quand cette verdure forme un boules de près de 20 fraisiers sur une surface au sol très réduite.

    Si j’ai découvert tardivement a 46 ans le jardinage,faute de temps et aussi parce que la vie nous emmènent parfois sur d’autres préoccupations ou d’autres hobbies tel que sport et bricolage…la satisfaction et la joie de faire naître une belle plante,un beau légume ou un beau fruit n’est plus prête de nous quitter une fois le premier pas accompli et réussi avec succès malgré les déceptions que nous connaissons tous (Je parle bien de jardinage bien sur!Lol).

    Bref,des milliers d’idées qui germent dans nos tètes et aussi grâce a des passionnés tel que vous.

    Soyez en remercier de tout cœur et je ne manquerai pas de venir sur votre blog de temps a autres pour apprendre et peut être vous demander conseil si vous me le permettez.

    Bonne continuation.

  28. Patrice

    Bonjour Aurélien.

    Si on récupère des graines de tomates malades ou prise sur des pieds malades pour l’année prochaine, est ce qu’il y a un risque d’avoir des plants malades lorsqu’ils vont pousser ? Merci de votre réponse.
    Patrice.

    • Aurelien

      Bonjour Patrice,

      Votre question est très pertinente !

      Je pensais vraiment que le mildiou de la tomate ne se transmettait pas par la semence. Après des recherches sur le net il semblerait en effet que ce soit possible.
      Je rentre un peu dans les détails mais il semblerait que les oospores, donc les spores issues d’une reproduction sexuée entre deux souches A1 et A2 peuvent survivre sur les semences. Par contre les zoospores (reproduction asexuée) ne peuvent pas survivre sur les semences.

      Donc comme le risque est là, je vous conseillerais donc d’éviter de récolter vos graines de tomates contaminées par le mildiou.
      Personnellement c’est ce que j’ai toujours fait, j’ai toujours pris des tomates à priori saines.

      Après si vous y tenez vraiment vous pouvez très bien faire un traitement biologique de semences, pour en savoir plus :
      Itab – traitement biologique semences

      Aurélien

      • Patrice

        Bonjour Aurélien.
        Merci de votre réponse. Effectivement , il n’est pas aisé de savoir si ces plants seront malades. Pour le savoir je vais donc garder des semences de tomates malades et je les isolerai l’an prochain pour voir ce que cela donne. Qui ne tente rien ..
        Ceux de cette année etaient deja des semences de l’année derniere. Et j’avais acheté en plus des semences cœur de bœuf et cerises.
        Quasiment tous les pieds ont été malades (meme ceux achetés). J’opterai donc plus pour le climat « pourri » de Mai et Juin ( je suis dans l’Oise)qui a favorisé la maladie. De plus j’avais mis des pieds dans plusieurs endroits ( jardin, pare-terre de fleurs et dans une petite serre. Les seuls qui ont été malades sont ceux du jardin ou j’ai depuis plusieurs années des pieds malades. Je me demande dons si la maladie de reste pas dans la terre. C’est une terre assez riche , ( bien fumée avec Gazon, fumier de cheval, terreau). tout pousse bien sauf les tomates!!
        Je vais essayer l’année prochaine d’en couvrir une partie avec un tunnel pour voir le résultat. ..et je vous tiendrai informé.

  29. martinez-peña

    bonjour je vie a huahine et je suis jeune agriculteur et je chercher a savoir ques qui a la même propriéter que lortis car dans les ile il ny a pas dortie apart sa je vient danouter se site dans mes favorie car il est trés bient expliquer

    • Aurelien

      Bonjour
      Les extraits fermentés d’herbes sont également fertilisants.
      Sinon les consoudes, la bardane, le pissenlit, mais je ne sais pas si elles poussent en Polynésie.
      Pour les propriétés élicitrices voir plutôt la reine des prés et le serpolet

      • martinez-peña

        ok alor. si sa pousse dans les îles entoucas merci beaucoup a toi de te préocuper de moi sur dautre site jattend depuis 1 moi une réponce . donc je peut utiliser sa comme lorties c géniale et si g dautre question je reviendré sur le meme site merci beaucoup. si tu passe dans les île je t’acceuillerais volontier merci encore

  30. hOCHART

    J’ai trouvé une alternative intéressante pour préserver quelques pieds de tomates en les repiquant en pots profonds(étant donné la longueur des racines).
    En les couvrant ou éventuellement en les abritant sous un toit temporaire.
    Je me permets de rappeler à notre sympathique étudiant en agriculture qu’on a JAMAIS trouvé mieux que la bouillie bordelaise et que j’ai souvent pu constater son efficacité mais je redoute son effet sur le sol.
    Bisous à tous!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Comment identifier et lutter contre le mildiou de la tomate ? - [...] ce précédent article : 15 points pour éviter le mildiou de la tomate, je vous ai surtout présenté des…
  2. Prévenir le mildiou de la tomate dès le mois de janvier - [...] 15 points essentiels pour éviter le mildiou des tomates [...]
  3. Le purin d’ortie – Fabrication & Utilisation - [...] Le purin d’ortie stimule la défense des plantes contre les maladies et les ravageurs. Il aiderait notamment à prévenir…
  4. Pourquoi mes tomates jaunissent ? | Mon panier gourmand ! - [...] 15 points pour éviter le mildiou de la tomate [...]
  5. Comment démarrer votre potager biologique ? - […] pour limiter les maladies. Bien que sur ce blog vous allez avoir suffisamment d’informations pour contrer la maladie la…
  6. Comment utiliser le bambou au jardin potager - […] les tomates de la pluie c’est un grand pas pour les protéger du mildiou. Pierre, mon nouveau voisin au…
  7. La culture des tomates au potager bio - […] 15 points pour éviter le mildiou de la tomate […]
  8. PremEssai | pascoweb - […] Le purin d’ortie stimule la défense des plantes contre les maladies et les ravageurs. Il aiderait notamment à prévenir…
  9. Culture des tomates | Pearltrees - […] Vos trucs pour la culture de la tomate. Tomodori, le site sur les variétés anciennes de tomates. Le tomatologue.…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Optionally add an image (JPEG only)

Animated Social Media Icons by Acurax Responsive Web Designing Company

Pin It on Pinterest

Share This