10 astuces de maraîcher pour réussir vos cultures au potager biologique

5, avr 2013 par
20 commentaires

10 astuces de maraîcher pour réussir vos cultures au potager biologique

Je m’appelle Gilles Dubus et je suis maraîcher bio en Dordogne. J’anime également, à mes heures perdues (et oui, il y en a…), le Blog du Jardinier Bio, sur lequel je partage les quelques connaissances que j’ai pu acquérir au fil des ans.

C’est avec grand plaisir que je réponds aujourd’hui à l’invitation d’Aurélien à publier un article sur son blog.

J’ai souhaité partager ici quelques petites astuces qui, je pense, vous seront utiles pour réussir vos légumes au potager biologique.

 

3 astuces pour réussir toutes vos cultures

Commençons par 3 petits conseils applicables sur la plupart des cultures…

 

Trempez vos semences dans une décoction de prêle

Si vous faîtes vous même vos plants, vous avez certainement déjà subi la fonte des semis ; les plants s’étiolent, se couchent puis meurent rapidement.

Il existe une technique efficace pour éviter ces désagréments : tremper simplement les graines dans une décoction de prêle. Je vous indique avec précision comment faire cette préparation dans l’article que j’ai publié sur la prêle

Étalez vos semis

Les saisons sont parfois capricieuses. Alors que l’on pensait que le temps était idéal pour effectuer un semis, les conditions météorologiques changent brusquement et le semis ne prend pas…

Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier ! Échelonnez vos semis.

En effectuant 3 ou 4 semis des différents légumes, non seulement, vous serez à peu près certain d’en réussir au moins 1, mais vous bénéficierez également d’une plus grande variété de légumes tout au long de l’année.

Paillez avec de la consoude

Le paillage permet d’économiser l’eau d’arrosage au potager et évite les phénomènes de lessivage des éléments nutritifs.

En paillant avec des feuilles de consoude, une plante particulièrement riche en potasse mais aussi en phosphore, azote et autres minéraux, vous enrichirez également de manière significative la terre de votre jardin.

 

2 astuces pour réussir vos carottes

Si vous cultivez déjà des carottes, vous savez que cette culture est délicate. En effet la carotte étant très lente à germer, de 15 à 30 jours selon la saison, le semis est très souvent envahi par les adventices avant même qu’il ne lève. Le travail de désherbage est alors des plus fastidieux, et pour peu que l’on prenne un peu de retard, peut même devenir impossible…certains d’entre-vous ont d’ailleurs, j’en suis persuadé, d’ores et déjà abandonné cette culture tant les résultats étaient décevants.

J’effectue pour ma part un dernier semis de carottes début juillet (les adventices sont alors moins présentes). Bon, je ne vous compte pas ce conseil comme astuce (c’est offert par la maison).

Voici donc les deux petites astuces qui vous faciliteront la vie (Attention, les 2 procédés ne sont pas applicables en même temps ; c’est l’un ou l’autre) :

Semez des radis en même temps que les carottes

Les radis étant sortis, j'ai pu sarcler entre ligne. Ainsi, le semis de carottes est bien net...

Les radis étant sortis, j’ai pu sarcler entre ligne. Ainsi, le semis de carottes est bien net…

 

Quand vous faites un semis de carottes, semez également des radis sur une ligne parallèle distante de 3 ou 4 cm.

Les radis sortiront beaucoup plus rapidement et marqueront ainsi clairement le rang de carottes (qui se situent donc juste à côté). Vous pourrez alors sarcler entre les lignes de culture avant même la levée des carottes, ceci afin d’éliminer les adventices. Ainsi, les carottes sortiront sans être déjà envahies.

 

 

Placez des vitres sur le début de vos semis et effectuez un passage au désherbeur thermique sitôt après la levée sous la vitre

Désherbeur thermique et vitres posés sur les semis de carottes et d'oignons

Désherbeur thermique et vitres posés sur les semis de carottes et d’oignons

 

Après avoir semé vos carottes, placez une vitre sur le début de la ligne de semis. Cela aura pour effet de hâter la levée.

Surveillez cette vitre. Dès que vous verrez apparaître les premiers plantules de carottes sous la vitre, passez le désherbeur thermique sur le reste de la culture. Les plantes adventices seront ainsi détruites juste avant la levée des carottes qui sortiront donc dans une terre « propre ».

 

 

Cette technique peut également être appliquée utilement aux semis d’oignons ou de panais.

Avertissements : le désherbage thermique doit être effectué dans les 2 jours. Si vous attendez plus, vous risquez évidemment d’éliminer également les jeunes pousses de carottes !

 

2 astuces pour réussir vos poireaux

Le poireau n’est pas une culture très difficile en soi. Voici deux petites astuces qui vous permettront de récolter des poireaux avec de longs fûts blancs et surtout indemnes de la teigne.

Faites sécher vos plants de poireaux avant de les planter

Pépinière de poireaux

Pépinière de poireaux

Le ver du poireau (teigne) cause souvent des dégâts. Outre l’association avec les carottes, il existe également une technique efficace permettant de se prémunir de ce ravageur.

Après avoir raccourci vos plants de poireaux en vue de les planter, mettez-les à sécher à mi-ombre pendant 48 heures. Ils vont ainsi s’endurcir, ce qui empêchera le ver du poireau du pénétrer.

Ne vous inquiétez pas de l’aspect des plants après le séchage, ils reprendront rapidement vigueur après mise en terre (et un bon arrosage bien sûr).

Plantez vos poireaux au fond d’un sillon

Vous rêvez de cultiver des poireaux aux fûts longs et blancs. Rien de plus simple : creusez un sillon de 10/15 cm de profondeur et plantez vos poireaux au fond.

Un premier sarclage entre lignes quelques jours après la plantation aura pour effet de reboucher le sillon. Buttez ensuite les poireaux comme il se doit. La partie enterrée sera alors d’une trentaine de cm…c’est autant de blancs de poireau à déguster.

 

3 astuces pour réussir vos tomates

Tous les jardiniers adorent cultiver des tomates. Mais combien de fois n’ai-je pas entendu « le mildiou a tout détruit » ou encore « cultiver des tomates pour ne récolter qu’au mois d’août, c’est beaucoup de travail pour pas grand chose »…je vais donc ici vous donner quelques petits trucs qui devraient vous plaire.

Repiquer vos plants de tomates des l’apparition des premières feuilles vraies

De nombreux ouvrages préconisent de repiquer les tomates au stade de 3 ou 4 feuilles vraies. S’il faut en effet opérer ainsi pour la plupart des légumes, c’est une erreur pour ce qui concerne les tomates ou les aubergines…à moins que vous ne vous satisfaisiez de ne récolter vos premières tomates qu’à partir de la fin juillet, voire même en août pour les régions plus fraîches ?

En fait, plus vous retardez le repiquage, plus vous retardez également la floraison des tomates et, par voie de conséquence, la récolte.

Il convient donc de repiquer les plantules dès l’apparition des premières feuilles vraies (à ne pas confondre avec les cotylédons qui sont les petites feuilles simples apparaissant à la levée du plant). Vous pourrez ainsi récolter des tomates au moins 15 jours plus tôt !

 

Evitez de toucher les tiges de vos plants de tomates lors du repiquage

J’ai souvent réagi en regardant des vidéos nous expliquant comment repiquer nos plants de tomates. Aïe ! Presque tous font ce qu’il ne faut surtout pas faire…toucher les tiges des jeunes plantules.

En effet, de la partie de la tige que l’on enterre au repiquage ou à la plantation définitive se forment de nouvelles racines, ce qui a pour effet de fortifier considérablement la plante. Mais si l’on froisse, même très légèrement cette tige (ce qui est inévitable en prenant la tige entre ses doigts), on empêche ces racines de se développer.

Je vous montre comment faire dans cette petit vidéo (le repiquage s’effectue normalement à plat sur une table, ce qui est beaucoup plus aisé – sur la vidéo, je prends le godet dans les mains pour une meilleure visibilité) :

 

Ne taillez pas vos plants de tomates

La plupart des maladies cryptogamiques (mildiou, oïdium, alternariose…) pénètrent dans le pied de tomate par les plaies dues à la taille.

Pour éviter cela, je ne taille plus mes plants de tomates. Et, en effet, mes cultures sont en général absolument indemnes de maladies.

Mais ce qui est plus surprenant encore, c’est que les plants non taillés sont beaucoup plus productifs que ceux dont j’ai supprimé les gourmands (j’en taille toujours quelque uns pour comparaison). Certes, les fruits sont parfois légèrement plus petits (pas toujours d’ailleurs) mais cette baisse de calibre est largement compensée par la profusion de fruits et la plus grande longévité des pieds (il m’est arrivé de récolter mes dernières tomates à Noël, sous serre bien sûr).

Notez qu’il convient d’apporter une fertilisation en conséquence, l’envergure des pieds et la quantité de tomates pouvant être réellement impressionnantes.

Il semblerait que cette technique soit plus aléatoire au nord de la Loire, les fruits pouvant alors du mal à mûrir. Vivant en Dordogne, je n’ai pour ma part jamais remarqué de retard dans la maturation.

 

Et vous, avez-vous quelques astuces à partager ?

Votre publicité ici ?

20 Commentaires

  1. Merci Gilles pour ces astuces de maraîcher.
    Moi les graines de carottes je les mélange avec les radis, ainsi quand je cueille les radis cela éclaircit en même temps les carottes.
    Alors, comme ça pour les tomates plus besoin d’enlever les gourmands, c’est cool!
    Amicalement.
    Pépé Articles récents..AvrilMy Profile

  2. Bonjour Gilles et bonjour Aurélien,

    Un super article !! Comme d’habitude :)

    Il est vrai que la teigne du poireaux cause beaucoup de dégâts et généralement d’année en année ; ce qui est souvent frustrant pour la plupart des jardiniers.

    Personnellement j’axe beaucoup sur la prévention en repérant (ou plutôt en connaissant le fonctionnement du ravageurs), dans ce cas, les périodes de pontes, nous avons la possibilité d’agir et de prévenir efficacement ces attaques : Je vous propose une petite vidéo, l’une de mes premières si je me rappelle bien :) traitant de la teigne du poireaux

    http://au-potager-bio.com/video-comment-lutter-contre-la-teigne-du-poireau/

    A très bientôt et merci pour ces conseils ;)
    Yannick Hirel
    Yannick Articles récents..Quoi semer et planter au mois d’AvrilMy Profile

  3. Bonsoir Pépé,

    d’un blog à l’autre, on se retrouve…

    Quand tu récoltes les carottes, les jeunes pousses de carottes ne viennent pas avec en procédant comme tu le dis ?

    Pour la non-taille des gourmands, je te conseille de faire des essais avant d’arrêter complètement de tailler…les résultats sont semble-t’il différents selon les régions (très mitigés dans le nord,difficultés de mûrissement), l’exposition et la richesse du sol…

    A bientôt,
    Gilles
    Gilles Articles récents..Vidéo sur la biodiversité dans une serre…My Profile

  4. Aurelien

    Bonjour à tous,
    Merci pour vos commentaires.
    Et Gilles, merci pour ton article !

    Concernant le poireau : L’année dernière encore j’ai associé le poireau à la carotte (entre autre). Mes résultats contre la teigne n’ont pas étés probants ! Elle porte bien son nom cette petite bête !!
    Par contre le filet anti-insecte est efficace et protège en plus la carotte de la mouche de la carotte. Donc c’est parfait mais le coût d’un filet reste élevé !
    Cette année je vais tester en parallèle l’astuce de Gilles en laissant sécher les poireaux, c’est gratuit et si c’est vraiment efficace c’est génial !

    Concernant la tomate : D’accord avec ton commentaire Gilles, Nord Loire à moins d’avoir une serre il vaut mieux tailler un peu pour avoir des fruits à maturité. J’en parle dans mon ebook sur la tomate que vous pouvez télécharger en vous inscrivant à la newsletter. N’hésitez pas à faire part de vos expériences dans les commentaires.

    A bientôt
    Aurélien

  5. Fernando Fernandez

    J’aime beaucoup ses astuces. Elles sont supportées par des expériences sur terrain. Merci pour ta générosité de partager le aboutissement de ton potager biologique.

  6. Hélène

    merci pour tous ces bons conseils, je voulais juste ajouter que comme toi je ne taille pas mes tomates et donc elles ne sont pas malades mais aussi je met une poignée d’orties dans le trou de plantation et je met une cage à tomate(que j’ai fait avec du grillage) autour du pied, ainsi les différentes branches sont soutenues facilement.

    • Bonjour Hélène,

      je mets également une poignée d’ortie au fond du trou de plantation des tomates (cette astuce est aujourd’hui bien connue, raison pour laquelle elle ne figure pas ici…) et je paille avec de la consoude.

      Le système des cages pour soutenir les pieds de tomates est une très bonne idée pour les pieds non taillés.

      Cordialement,
      Gilles
      Gilles Articles récents..Sus aux doryphores !My Profile

      • Hoff blanc bruno

        Salut gilles c’est bruno du perigord vert je suis tombé par hasard sur ce blog ça fait plaisir de voir ta bouille, sinon pour les orties il parait qu’on peut juste les mettre au pied des tomates ça fonctionne aussi, à voir? bon semis, bonne plantation et à plus collègue

    • Isabelle

      Bonjour Hélène,
      je vois que cet article a été posté il y a un an, mais je voudrais savoir si tu peux mettre une photo de tes cages à tomates, cela m’intéresse vraiment !
      Cette année je commence un petit jardin, et ne voulais pas enlever les gourmands, mon mari l’a fait et les tomates ont toutes été malades !!!! je les ai arrachées il y a peu de temps.
      donc l’année prochaine je teste toutes vos astuces !
      Merci beaucoup …. idéal pour les débutants de trouver des sites comme ça !

  7. Jean-Louis

    Merci pour ces astuces.
    Cela faisait quelques temps que je me posais la question de tailler ou pas les gourmands des tomates. Les années précédentes je taillais. Cette fois, je vais tester la non-taille avec quelques témoins taillés (si mes tomates réussissent à ne pas se noyer sous la pluie bien trop présentes).
    Cordialement

  8. Steeve

    Bonjour les jardiniers, super toutes ces petites astuces.Pour ma part je cultive en Nouvelle Calédonie ou nous disposons d’un climat tropical.Je suis frustré parce que nous ne disposons pas de beaucoup d’info sous nos latitudes nous n’avons pas les mêmes ravageurs.Ni les mêmes plantes (pas de prêle ni d’orties mais nous avons nos petites astuces.Pour la tomate je pense qu’il est souhaitable d’utiliser plusieurs techniques afin de réduire le temps de travail
    est augmenter sa production tout en ayant des fruits de gros et moyens calibre
    je cultive une partie de mes tomates sur des buttes en association avec de la salade.<celle ci couvre le sol tout en ressuyant rapidement le sol de plus elle m'oblige à un binage rapide très léger( favorable aux tomates et aux salade).certain de mes plants sont taillés,
    d'autres sont conduits sur plusieurs bras d'autre ne sont pas taillés et sont attaché sauvagement tous les deux ou trois bouquets d'autres sur les points les plus hauts du jardin cours librement sur le sol mais avec un bon paillis épais de Para. Il est vrais que je trouve que les plants sans taille sont beaucoup plus productif et vivent un à deux mois de plus. Par contre la récolte est plus longue et les fruits sont particulièrement sensible aux coups de soleil lorsque l'on bouge les pieds pour cueillir.je suis en train de mettre en place une culture d’aubergine et de persil.ce sont deux cultures que je peux gardé entre dix voir quinze à seize mois à condition de rafraîchir les aubergine en fin de saison.Une autres petites astuces que j'utilise avant de semer les melons citrouilles et pastèques.Je les fais pré germer dans des sacs de toiles de jutes coupés en deux que j'imbibe copieusement d'eau ce-là n'a l'aire de rien cependant. ça me permet de ne faire qu'un passage de motobineuse juste à prés les débuts d'élongation des tiges car ces cultures grâce à cette technique ont un peu d'avance sur les adventices.voilà je vous dits à bientôt.Et bon courage à tous au potager.

    • Aurelien

      Bonjour Steeve et merci pour votre témoignage et vos astuces,
      En effet de nombreux retours d’expériences et de connaissances sont faites sous nos latitudes, ce qui oriente forcément nos articles. Et je me verrais mal vous donner des conseils sur un climat, une flore et une faune différente de celle que je côtoie au quotidien. Mais je trouverais vraiment intéressant de changer de milieu quelques temps !
      Pour vos tomates j’aurais pensé que les plants non taillés auraient eus moins de coup de soleil, les feuilles protégeant les fruits ?
      Sinon j’ai une question qui me taraude, est-ce que vous avez déjà eu du mildiou sur vos tomates ?
      Excellente continuation à vous, et au fait ça ne vous dirait pas de créer un blog sur votre potager en Nouvelle Calédonie ?
      A très bientôt,
      Aurélien

    • Bonjour Steeve,

      Les conditions de culture sont en effet bien différentes d’une latitude à une autre…en tout cas, des cultures d’aubergines de 15 mois, ça fait rêver !!!

      Il y a quelques temps, j’étais tombé par hasard sur un blog très intéressant d’un jardinier bio vivant justement en Nouvelle Calédonie…je vais essayer de retrouver ça.

      Bon jardinage tropical…et si vous pouviez nous envoyer un peu de soleil, on le prendra avec plaisir (il fait tellement froid aujourd’hui chez moi que j’ai pris mon après-midi…)

      Cordialement,
      Gilles
      Gilles Articles récents..Réconciliez-vous avec le liseron !My Profile

    • aranda

      bonjour
      je ne sais pas si il est toujours possible de vous contacter
      je suis français je vis en Casamance Sénégal le climat est sub tropical
      je cultive en amateur et si vous voulez quelques astuces pour cultiver a la saison des pluies je vous les donnerai (tomates salades haricots radis ..etc)
      il suffit de quelques astuces du temps et de la patiente
      si vous avez une adresse email je peux vous envoyer des photos du système que j’ai inventé moi même
      amicalement jo

      • Clodé

        Bonjour,

        Pourriez vous m’en dire un peu plus sur votre technique de maraîchage en Casamance a la saison des pluies.

  9. Thibault

    Bonjour,
    J’habite Dijon et je cherche un plant de consoude sans résultat si quelqu’un sait où en trouver …
    Merci

  10. Victoire

    Bonjour !
    Super article :)
    Je découvre votre blog et je vois qu’il y a plein de conseils et astuces.
    Je pense le faire découvrir à mon père. Il est bientôt à la retraite et son rêve a toujours été d’avoir un potager. Vos conseils lui seront d’une aide précieuses ! :)
    Victoire
    Victoire Articles récents..Mutuelle : comment bien la choisir ?My Profile

  11. Nic0

    Première année « tomates » pour ma part ; j’avais décidé de ne rien tailler, de « laisser faire la nature » et bien la densité de feuillage et l’humidité de ce mois de juillet tout à fait exceptionnel ont été un régal pour le mildiou… :(

    La taille pour laisser au plant la chance de sécher au moins un peu plus rapidement par temps souvent humide ne serait-elle pas préférable ? Si on taille en plein soleil, les plaies ont le temps de sécher non ?

    • Aurelien

      Bonjour Nico,
      En effet, la taille des tomates n’est pas forcément à bannir. Dans le dernier paragraphe Gilles dit que la taille est plus aléatoire Nord Loire, c’est le cas aussi pour le mildiou. Il vaut mieux tailler un peu plus dans une région « à risque ». Ce mois de juillet à en effet été une vraie plaie, j’ai moi aussi perdu quelques pieds, mais des traitements naturels ont bien limités la maladie et sauvé mes autres plants.
      Pour revenir à vos questions, oui si on taille en plein soleil les plaies sèchent rapidement (c’est ce que je recommande dans mon petit livre offert lors de l’inscription à la newsletter).
      Quelques derniers conseils, si vous voulez retentez l’expérience de la non taille, le mieux est de le faire sous abris. Si ce n’est pas possible surveillez très régulièrement vos plants et taillez dès l’apparition du mildiou, suivi de traitements naturels qui vont enrailler la maladie.
      Voici deux articles pour aller un peu plus loin :
      http://www.tous-au-potager.fr/comment-identifier-et-lutter-contre-le-mildiou-de-la-tomate/
      http://www.tous-au-potager.fr/lutter-contre-mildiou-bicarbonate-soude/
      Cordialement
      Aurélien

Trackbacks/Pingbacks

  1. Jardin | Pearltrees - [...] 10 astuces de maraîcher pour réussir vos cultures au potager biologique [...]
  2. POTAGER | Pearltrees - [...] 10 astuces de maraîcher pour réussir vos cultures au potager biologique [...]
  3. Blogs Potager | Pearltrees - [...] Tous [...]
  4. Potager Bio | Pearltrees - [...] 10 astuces de maraîcher pour réussir vos cultures au potager biologique [...]
  5. Techniques/Pratiques | Pearltrees - [...] 10 astuces de maraîcher pour réussir vos cultures au potager biologique [...]
  6. La culture de la carotte au potager bio - [...] Gilles propose deux bonnes astuces pour ses semis de carottes : Astuces pour semis de carottes [...]
  7. Technique | Pearltrees - [...] 10 astuces de maraîcher pour réussir vos cultures au potager biologique [...]
  8. Plantes Potagères | Pearltrees - […] 10 astuces de maraîcher pour réussir vos cultures au potager biologique […]
  9. Drouillard (mariech39) | Pearltrees - […] 10 astuces de maraîcher pour réussir vos cultures au potager biologique […]
  10. Autarcie | Pearltrees - […] 10 astuces de maraîcher pour réussir vos cultures au potager biologique […]
  11. Le Guen (sgwenn) | Pearltrees - […] 10 astuces de maraîcher pour réussir vos cultures au potager biologique […]

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge